Analyser la prosodie musicale du rap français à l’aide de l’outil informatique : de DJ Dee Nasty à MC Solaar (1984-1991)

Olivier Migliore est actuellement doctorant en quatrième année à l’université Paul-Valéry Montpellier III. Contractuel doctorant de 2012 à 2015, il obtient une collaboration avec l’Ircam et travaille en lien étroit avec les équipes « Analyse et synthèse des sons » et « Représentations Musicales ». Entre 2012 et 2014 il est élu représentant des doctorants de son laboratoire et de son école doctorale, enseigne en licence l’histoire des musiques populaires et intervient en Master dans le cadre de la préparation au CAPES externe de musique. En 2013, il crée la revue transdisciplinaire À l’épreuve qu’il dirige jusqu’en 2015.

 

Depuis son apparition, le rap interroge les présupposés méthodologiques des musicologues. En effet, l’absence de relations harmoniques et mélodiques entre la voix et les instruments, la vélocité des rythmes vocaux employés et l’absence de partition font de lui un objet musical qui résiste aux outils traditionnels de l’analyse musicale tels que la transcription ou l’analyse de la partition. De ce fait, les travaux existants se fondent davantage sur le texte (Christophe Rubin, Julien Barret, Isabelle Marc Martinez), sur le contexte social dans lequel cette musique émerge (Anthony Pecqueux, Karim Hammou, Gérome Guibert), sur sa dimension vocale selon des approches linguistiques (Daniela Rossi, Polina Chodakova), et sur son esthétique (Christian Béthune) que sur son matériau musico-littéraire.
Dans ce contexte, analyser la prosodie musicale conçue comme l’ensemble des règles concernant les rapports de quantité, d’accentuation et d’intensité entre les syllabes des paroles et les
temps de la mesure apparaît tout à fait approprié. Révéler la manière dont les rappeurs positionnent les syllabes de leurs paroles sur les temps de la mesure permettrait en effet de mettre en lumière les spécificités de leur flow, composante emblématique de cette performance vocale à dominance rythmique. C’est ce à quoi se sont entre autres attachés le musicologue Jean-Marie Jacono1 et la linguiste Daniela Rossi en proposant des relevés manuels du positionnement des syllabes sur les temps de la mesure.
Seulement le rap est une musique populaire enregistrée de tradition phonographique. Par conséquent, « l’analyste doit constamment avoir à l’esprit qu’il n’est pas confronté à l’enregistre me nt d’une œuvre musicale mais qu’il est confronté […] à l’œuvre elle-même3 », le contenu acoustique révélant à l’analyste l’écriture musico-littéraire de l’artiste. Il apparaît dès lors primordial de développer des méthodes en mesure d’extraire et d’analyser les paramètres de la prosodie musicale du rap à partir de l’enregistrement sonore. C’est dans cette optique que nous avons développé, en collaboration avec les équipes Analyse Synthèse des sons et Représentations Musicales de l’Ircam, une chaîne de traitement en mesure d’extraire, d’annoter et de représenter (partitions, graphiques, etc.), à partir de la réalité acoustique d’enregistrements de rap français des débuts, les relations rythmiques qu’entretiennent les syllabes des paroles et les temps de la mesure. Celle-ci nous permettra d’éprouver la prosodie musicale des premiers morceaux de DJ Dee Nasty, MC Solaar, NTM, Assassin et IAM.
Nous emploierons cette communication à présenter notre chaîne de traitement et à livrer les résultats de nos analyses. Nous défendrons l’hypothèse que les premiers rappeurs français procèdent d’une « attitude4 » de défiance à l’égard des systèmes linguistiques et musicaux. Nous montrerons que cette « attitude » s’immisce à tous les niveaux de la prosodie musicale. En révélant les relations spécifiques qu’entretiennent la voix et les instruments au sein du style tel qu’il est apparu pour la première fois au public français, nous espérons également montrer la nécessité de consacrer un champ de recherche aux mutations de la prosodie musicale du rap français.
1 JACONO, Jean-Marie, « Pour une analyse des chansons de rap », Musurgia, vol. V, n° 2, 1998, p. 65-75.
2 ROSSI, Daniela, « Le vers dans le rap français », Cahiers du Centre d’études métriques, (6), 2012.
3 JULIEN, Olivier, « L’analyse des musiques populaires enregistrées », dans Le Commentaire auditif de spécialité – Recherches et propositions, PISTONE, Danièle [dir.], Université Paris-Sorbonne, Observatoire Musical Français, série « Conférences et séminaires » (n° 37), 2008, p. 143.
4 BÉTHUNE,Christian, Pour une esthétique du rap, Paris, Klincksieck, 2004, p. 43-44.

Ce billet s’inscrit dans les actes numériques du colloque « Conçues pour durer ». Perspectives francophones sur les musiques hip-hop.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *