Gangstresses and Bitches First ! Quelle esthétique pour la scène gangsta-rap féminine ?

Keivan Djavadzadeh est doctorant-ATER en science politique à l’Université Paris 8 et membre du Laboratoire des Théories du Politique (CRESPPA-LabToP). Lauréat de la bourse Edouard Glissant, ses travaux portent sur les problématiques sexe, race et classe dans le blues et le rap états-uniens. Il a notamment publié, sur le rap, « Trouble dans le gangsta-rap : quand des rappeuses s’approprient une esthétique masculine » dans la revue Genre, sexualité & société. Il a récemment coordonné, avec Pierre Raboud, le numéro 62 de la revue Raisons politiques sur la thématique « Pop et populaire : politiques du mainstream » (à paraître).

Si les femmes sont présentes dès les premiers moments de la culture hip-hop – à l’image de Sha Rock, membre du groupe pionnier Funky Four Plus One, actif dès 1976, ou de The Sequence, premier groupe de rap entièrement féminin –, il faut attendre la seconde moitié des années 1980 pour voir se développer, aux États-Unis, une scène rap spécifiquement féminine, affirmant et revendiquant une perspective différente de celle des rappeurs (Rose 1994 :4 ; Keyes 2004 : 8). La seconde moitié des années 1980 voit ainsi de nombreuses rappeuses, parmi lesquelles Queen Latifah, MC Lyte, Roxanne Shanté ou le groupe Salt-N-Pepa, obtenir un succès tant critique que commercial. Pour autant, dans un environnement encore largement contrôlé par les hommes, notamment au niveau de la production (Rose 1994 : 57-58), les rappeuses doivent lutter contre les stéréotypes et le sexisme ambiant. Dans « Ladies First », publié en 1989 sur l’album All Hail The Queen, Queen Latifah se demande « qui a dit que les femmes ne pouvaient pas rapper » et clame qu’elle en a « marre des stéréotypes ». Et d’enchaîner sur un « les femmes d’abord », devenu classique. Les rappeuses de cette génération tiennent la plupart du temps un discours vantant « la positivité, le savoir et la grâce », comme le rappe Latifah dans « Latifah’s Had It Up 2 Here ». Le message et l’esthétique, parfois d’inspiration afrocentristes, sont centrés sur les rapports sociaux de sexe dans une perspective pro-femme, sinon féministe – cela même si peu de rappeuses revendiquent l’appellation (Rose 1994 : 175-182).

Mais les années 1990 qui suivent sont celles de l’homogénéisation progressive du rap états-unien vers le gangsta-rap, un sous-genre du rap porté sur une esthétique masculine, largement misogyne, témoignant d’ « un profond changement dans les goûts en matière de culture populaire » (Chang 2011 : 402). Plébiscité de manière tout à fait cynique par les maisons de disques (Chang 2011 : 402 ; Collins 2006 : 133), le gangsta-rap devenu hégémonique participe du déclin de la carrière des rappeuses précédemment évoquées. Une nouvelle génération de rappeuse prend néanmoins le relais pour répondre aux invectives sexistes de N.W.A. et des autres groupes ou artistes de gangsta-rap. Moins directement politiques que la scène rap féminine des années 1980, moins positives aussi, la nouvelle scène rap féminine, autour de HWA (Hoes With Attitude), BWP (Bytches With Problems), Bo$$, Foxy Brown ou encore Lil Kim, est Hard Core, comme le titre Kim sur son premier album paru en 1996. Si les paroles du gangsta-rap vantent l’argent facile, la violence conjugale et l’objectivation sexuelle des femmes noires, requalifiées en bitches et en hoes et réduites dans les chansons et vidéoclips à un corps ou, plus souvent encore, à une partie seulement de leur anatomie, c’est pourtant ce genre que des rappeuses vont investir et performer. J’avance que c’est à la fois pour des raisons stratégiques de positionnement et d’adaptation à un contexte défavorable et pour des raisons esthétiques qu’une scène gangsta-rap féminine s’est formée au cours des années 1990. Se différenciant des rappeuses précédentes qui faisaient la plupart du temps valoir leur singularité et leur féminité par rapport à leurs collègues masculins, les rappeuses qui constituent le corpus musical de cette communication entreprennent de battre les rappeurs à leur propre jeu, celui de la masculinité. Ce faisant, elles troublent l’ordre de genre en même temps qu’elles contestent l’hégémonie masculine dans le gangsta-rap. Il s’agira donc d’analyser les différentes stratégies, autour du genre et de la sexualité, mises en œuvre par les différentes rappeuses de cette époque, à travers un examen des figures de la gangstress et de la Bitch.
Cette communication répond aux axes 3 et 6 de l’appel à communication. Située au croisement des hip-hop studies, des études féministes et des cultural studies, elle s’appuie sur un travail de thèse en cours ayant déjà donné lieu à plusieurs publications et communications sur le sujet.

Bibliographie indicative :

  • BUTLER Judith, Le pouvoir des mots. Politique du performatif, Paris, Éditions Amsterdam, 2004.
  • CHANG Jeff, Can’t Stop Won’t Stop. Une histoire de la génération hip-hop, Paris, Allia, 2011.
  • COLLINS Patricia Hill, From Black Power to Hip-Hop, Philadelphie, Temple University Press, 2006.
  • —-, « Get Your Freak On ». Images de la femme noire dans l’Amérique contemporaine », Volume!, 8/2, 2011, pp. 41-63.
  • CRENSHAW Kimberlé, « Beyond Racism and Misoginy. Black Feminism and 2 Live Crew », in MATSUDA Mari, LAWRENCE Charles et CRENSHAW Kimberlé (dir.), Words That Wound, Boulder, Westview Press, 1993, pp. 111-132.
  • DJAVADZADEH Keivan, « Politiques « Chyennes » du rap féminin hardcore. Autodéfinition et discours contre-hégémoniques dans l’album The Bytches », Recherches Féministes, vol. 27, n° 1, 2014, pp. 183-200.
  • —-, « Trouble dans le gangsta-rap : quand des rappeuses s’approprient une esthétique masculine », Genre, sexualité & société, vol. 13, 2015.
  • HAMMONDS Evelyn, « Toward a Genealogy of Black Female Sexuality. The problematic of silence », in ALEXANDER Jacqui et MOHANTY Chandra Talpade, Feminist Genealogies, Colonial Legacies, Democratic Futures, New York et Londres, Routledge, 2012, pp. 170-182.
  • KEYES Cheryl, Rap Music and Street Consciousness, Chicago, University of Illinois Press, 2004.
  • MORGAN Joan, « The Bad Girls of Hip-Hop », Essence, mars 1997, pp. 76-77 et 132-134.
  • —-, When Chickenheads Come Home To Roost. A Hip-Hop Feminist Breaks It Down, New York, Simon & Schuster Paperbacks, 1999.
  • POUGH Gwendolyn et al. (dir.), Home Girls Make Some Noise. Hip Hop Feminism Anthology, California, Parker Publishing, 2007.
  • POUGH Gwendolyn, Check It While I Wreck It. Black Womanhood, Hip-Hop Culture, and the Public Sphere, Boston, Northeaster University Press, 2004.
  • ROSE Tricia, Black Noise. Rap Music and Black Culture in Contemporary America, Hanover, Wesleyan University Press, 1994.
  • —-, The Hip-Hop Wars. What We Talk About When We Talk About Hip Hop – and Why It Matters, New York, Basic Civitas Books, 2008.

Ce billet s’inscrit dans les actes numériques du colloque « Conçues pour durer ». Perspectives francophones sur les musiques hip-hop.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *