Politique du regard et représentations alternatives du « female gaze » dans les clips de hip hop féminin américains

Célia Sauvage a coécrit (avec A. Boutang) Les teen movies (Vrin, 2011), ainsi que Critiquer Quentin Tarantino est-il raisonnable ? (Vrin, 2013). Suite à une thèse de cinéma sur le cinéma indépendant américain, ses recherches se concentrent sur l’étude du cinéma américain contemporain et les nouvelles séries télévisées féminines. Au prisme des gender studies et critical race studies Célia Sauvage s’attache à circuler entre le contenu des représentations médiatiques et leurs usages et consommation, selon une approche à la fois issue des cultural studies et de la sociologie de la culture. Dans cette optique, elle est récemment intervenue sur « la politique du désespoir ou l’intimité impossible dans le cinéma indépendant américain contemporain» (colloque international, SERCIA, Dijon, 2012), sur les «minorités, diversité et politiques de résistance de la sériephilie, à travers le cas de la série télévisée Orange is the New Black » et la « féminité, auteurisme et réception, le cas de la série Girls » (colloque international, SERCIA, Arras, 2015).

 

Le hip hop américain a longtemps été dominé par des artistes masculins, structurant le genre autour d’une culture dominante masculine, majoritairement noire, hétérosexuelle souvent accusée de misogynie, sexisme et d’homophobie. La culture visuelle des clips de hip hop, particulièrement, participe d’une politique du regard, où le « male gaze » est souvent accusé de réduire l’image de la femme au statut d’objet sexuel.

Les artistes féminines de hip hop complexifient donc les lectures du genre. Non seulement car elles peuvent adhérer à la culture misogyne, emprunter à leur tour aux comportements agressifs, sexistes masculins, participer à créer des images qui suscitent le « male gaze ». Mais elles peuvent aussi redéfinir une image différente de la femme loin des portraits stéréotypés, imposant à leur tour un « female gaze », repensant les normes visuelles génériques et genrées des clips de hip hop. C’est notamment le détournement de l’image hypersexualisée des femmes, cette fois-ci non au service de la misogynie mais au service de l’empowerment féminin, qui redéfinit la politique du regard, des corps (principalement noirs), les critères de beauté dominants contre l’objectivation du « male gaze ». Le « female gaze » interroge la culture sexiste mais aussi la primauté du désir masculin, secondarisé au profit de l’expression du désir féminin, récemment envisagé de façon plus radicale comme self-pleasure qui efface radicalement la place de l’homme dans le système de représentation des clips auto-centrés sur l’artiste féminine ou d’autres femmes. Entendue dans une culture homophobe particulièrement rude avec l’homosexualité masculine, cette subjectivité féminine réinterroge également la place de l’homosexualité féminine et d’un « queer gaze ». Dépassant le simple fantasme lesbien du regard masculin hétérosexuel, le hip hop féminin réinterroge d’autant mieux l’hétéronormativité et l’hypermasculinité du genre.

Au prisme des gender studies et de la théorie de l’objectivation, cette communication vise à réinterroger l’ambiguïté trop souvent admise selon laquelle la politique du désir du « female gaze » participe autant de la promotion d’une nouvelle subjectivité féminine que l’objectivation des corps féminin. Les artistes féminines, devenues des sujets désirants, restant des objets désirables pour le regard spectatoriel masculin. On basera notre recherche à partir de l’étude des clips de hip hop féminins influents depuis 1987, depuis les pionnières Salt-N-Peppa, Queen Latifah, Mc Lyte, en passant par TLC, Missy Elliott, Lauryn Hill, jusqu’à aujourd’hui, Beyoncé, Rihanna, Nicki Minaj, ou encore Azealia Banks. On limitera notre étude aux chansons issues du Hot 100 du Billboard charts.

L’objectif est de constituer un nouveau système de codification du « female gaze » à partir de plusieurs questions préliminaires afin de montrer comment les clips de hip hop féminin américains permettent l’instauration de nouvelles représentations alternatives et d’une nouvelle politique du regard.

(1) Qui est le sujet du regard ? L’artiste féminine est-elle explicitement mise en scène et comment est valorisée sa subjectivité ?

(2) Qui est l’objet du regard ? L’instauration d’un « female gaze » repense-t-il la monstration des corps féminins regardés ? Sont-ils d’ailleurs encore présents ? Les corps masculins regardés sont-ils encore présents, voire plus regardés que les femmes ? Quelle est la fréquence de l’exhibition de corps féminins ou masculins ?

(3) Quelle est le système de monstration des corps ? Comment s’organise la fragmentation visuelle des corps (quelles parties sont montrées, à quelle fréquence…) ? Quelle est la part de nudité, d’idéalisation du corps féminin ou masculin dans cette monstration ? Ce système de monstration diffère-t-il selon que l’objet du regard soit masculin ou féminin ?

(4) Quel est le rôle de l’objet du regard (fonction décorative, rôle instrumentalisé) ? Celui-ci diffère-t-il selon que l’objet du regard soit masculin ou féminin ?

(5) Comment s’organise le thème de la sexualisation dans la mise en récit des clips (positions de domination/soumission, prise en charge de la séduction…) ? Ce thème est-il associé à d’autres thèmes (violence, matérialisme, drogue…) ? Diffère-t-il selon que l’objet du regard soit masculin ou féminin ?

(6) Le « female gaze » blanc diffère-t-il du « female gaze » majoritairement noir, concernant les questions précédentes ? La variante raciale doit-elle s’ajouter à la variante genrée ?

La communication présentera à la fois les conclusions générales de ce nouveau système codification en présentant des cas spécifiques de clips de hip hop féminins afin d’appuyer visuellement notre propos.

Ce billet s’inscrit dans les actes numériques du colloque « Conçues pour durer ». Perspectives francophones sur les musiques hip-hop.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *