les intervenant-e-s

Vous trouverez ci-dessous une courte présentation des intervenant-e-s au colloque, par ordre alphabétique :

  • De A à C
  • De D à F
  • De G à J
  • De K à M
  • De N à P
  • De Q à S
  • De T à Z

Andro est champion de France de beatbox en duo.

Vincent Becquet est doctorant en sciences politiques à l’Université de Droit et de Santé de Lille (Lille 2), Ceraps, Umr 8026

Virginie Brinker est Maîtresse de Conférences en Littératures francophones à l’Université de Bourgogne-Franche-Comté (Centre Pluridisciplinaire Textes et Cultures, « CPTC », EA 4178). Sa thèse porte sur les représentations du génocide tutsi dans les productions littéraires et cinématographiques. Elle a co-écrit avec J-A. Huynh, P. Monti, Réussir le Français à l’écrit, publié aux éditions Atlande en octobre 2012.

Polina Chodaková est docteur associée à l’Université Charles de Prague.

Adrien Contesse est designer graphique et typographique et chercheur au sein de l’ésad d’Amiens (école supérieure d’art et design ).

Anna Cuomo est doctorante en anthropologie sous la direction de Michel Agier, et travaille sur la pratique du rap à Ouagadougou depuis 2010, date d’entrée en master à l’EHESS. Elle s’intéresse plus particulieèrement à la fabrique d’un rap africain dans le contexte burkinabé, en tension permanente entre une situation postcoloniale forte et un contexte de mondialisation

Marion Dalibert est maitre de conférences au département Culture et au laboratoire GERiiCO de l’Université de Lille. Son travail, qui porte sur la construction de l’identité nationale française dans les médias d’information généraliste, interroge notamment l’accès aux espaces publics des groupes sociaux et la médiatisation du racisme, du sexisme et de l’homophobie. Elle a par exemple publié « Le marquage socio-discursif de la race par le genre. Les « roms », les Tunisiens, les Ukrainiens et les habitants des banlieues françaises dans les médias », in Revue française des sciences de l’information et de la communication (RFSIC) [en ligne], n°4, [http://rfsic.revues.org/743], 2014.

François Debruyne est Maître de conférences en sciences de l’information et de la communication au département Culture, UFR DECCID, université Lille 3. Ses recherches portent sur les transformations de l’expérience musicale, les mutations des industries culturelles et créatives et la socio-histoire des cultures musicales populaires.

Maxence Déon est professeur d’éducation musicale dans l’Académie de créteil – Agregé de Musicologie

Keivan Djavadzadeh est doctorant-ATER en science politique à l’Université Paris 8 et membre du Laboratoire des Théories du Politique (CRESPPA-LabToP). Lauréat de la bourse Edouard Glissant, ses travaux portent sur les problématiques sexe, race et classe dans le blues et le rap états-uniens. Il a récemment coordonné, avec Pierre Raboud, le numéro 62 de la revue Raisons politiques sur la thématique « Pop et populaire : politiques du mainstream ».

Benoit Dufau est doctorant en langue française (stylistique) à Paris-IV Sorbonne et co-organisateur du séminaire « La Plume & le Bitume » (ENS Ulm)

Florence Eloy est Maîtresse de Conférences en sciences de l’éducation à Paris 8, équipe CIRCEFT-ESCOL. Ses recherches portent sur les rapports entre cultures juvéniles et culture scolaire, l’éducation artistique et culturelle, la médiation culturelle, l’évolution des curricula scolaires. Elle a publié en 2015 Enseigner la musique au collège. Cultures juvéniles et culture scolaire aux éditions PUF, ouvrage tiré de sa thèse sous la direction de Dominque Pasquier.

Pauline Guérin est étudiante en Master 2 à l’université de Paris 8.

Gérôme Guibert est enseignant chercheur, maitre de conférences en sociologie à l’université Paris 3 Sorbonne Nouvelle depuis 2009. Durant plus de dix ans, il a effectué de nombreuses enquêtes de terrain en tant que sociologue indépendant dans les mondes de la musique, principalement dans l’ouest de la France. Il travaille sur la notion de « scène locale » depuis le début des années 2000, et a publié de nombreux articles et chapitres d’ouvrages sur la question

Jean-Marie Jacono est maître de conférences en musicologie à l’université d’Aix- Marseille. Il y enseigne la sociologie de la musique, l’analyse des musiques populaires modernes et l’histoire et l’analyse de la musique du XIXe siècle. Il travaille sur l’analyse des productions de rap depuis plus de vingt ans, comme en témoigne la liste de ses publications (cf. ci-après). Il vient de publier par ailleurs l’ouvrage suivant (dir., avec Lionel Pons) : Henri Tomasi – du lyrisme méditerranéen à la conscience révoltée, Aix-en- Provence, Presses universitaires de Provence, 2015, 564 p.

Marine Kneubühler est doctorante en cotutelle à l’Université de Lausanne et Télécom ParisTech. Son projet de thèse porte sur les articulations possibles entre l’expérience phénoménologique en première personne du singulier et l’expérience collective et publique en Nous, potentiellement politique, à partir d’une enquête menée sur le rap suisse romand et le suivi d’un rappeur en particulier.

Claire Lesacher est ATER au département information-communication de l’Université Rennes 2 (PREFics). Elle travaille actuellement sur l’implication des femmes au sein du rap comme moyen de subversion des rapports de domination vers la visibilité et la prise de responsabilité au sein de l’espace public.

Jean Evenson Lizaire est doctorant en sciences de l’éducation à l’Université Paris 13, Laboratoire EXPERICE. Dans le cadre de sa thèse, il s’interroge sur le processus de construction du sujet à travers la pratique du rap et sur les diverses formes d’apprentissages informels qui déterminent le devenir rappeur.

Jean-Marcellin Manga est doctorant en Socio-anthropologie, rattaché au département de sociologie (Université de Yaoundé I), au département de science politique (Université de Yaoundé II), et au Laboratoire d’anthropologie sociale et culturelle (Université de Liège).

Jérémie McEwen est enseignant de philosophie au Département de philosophie du Collège Montmorency (Laval, Québec).

Olivier Migliore est doctorant à l’université Paul-Valéry Montpellier III. Il a travaillé en collaboration avec l’Ircam et enseigné l’histoire des musiques populaires et intervient en Master dans le cadre de la préparation au CAPES externe de musique. Il a créé et dirigé la revue transdisciplinaire À l’épreuve.

Cécile Navarro est doctorante en anthropologie à l’Institut des Sciences Sociales des Religions Contemporaines, Université de Lausanne (Suisse), lauréate d’une bourse d’excellence doc.ch du FNS (Fonds national pour la recherche scientifique suisse). Son projet de thèse porte sur les mouvements circulatoires des artistes de rap sénégalais entre Dakar, l’Europe et les Etats-Unis, espaces de flux migratoires anciens et nouveaux mais aussi espaces imaginaires de réussite, pour comprendre le rôle des mobilités dans la construction des pratiques culturelles et leurs transformations.

Corentin Roquebert est doctorant à l’ENS de Lyon (centre Max Weber) où il prépare une thèse sur l’espace social des catégories profanes de perception du monde social sous la direction de Bernard Lahire. Il est également co-animateur d’un blog hypothèses « Nychtémères » qui vise à « mesurer la contemporanéité du rap ».

Sidy Seye est étudiant à Paris X, en Anthropologie, Anglais, Info-Com, et en Licence Pro Guide Conférencier. Il est également Webmaster/Archiviste/Traducteur/Street Team

Nicanor Tatchim est doctorant en Sciences de l’Information et de la Communication Université Paris-Est Créteil – Céditec (EA 3119)

Khadimou Rassoul Thiam est enseignant chercheur en linguistique française, Université Gaston Berger de Saint-Louis, Sénégal.

Peter Reimer est doctorant en linguistique romane à l’université Goethe de Francfort.

Célia Sauvage est docteure en Etudes cinématographiques
 UFR Arts et Médias, IRCAV, Paris III Sorbonne Nouvelle
. Elle a coécrit (avec A. Boutang) Les teen movies (Vrin, 2011), ainsi que Critiquer Quentin Tarantino est-il raisonnable ? (Vrin, 2013). Suite à sa thèse de cinéma sur le cinéma indépendant américain, ses recherches se concentrent sur l’étude du cinéma américain contemporain et les nouvelles séries télévisées féminines.