Tous les articles par jeremiemcewen

Machiavel et Tupac Shakur

Jérémie McEwen est philosophe et professeur au Collège Montmorency (Laval, Québec).

 

En 1995, Tupac Shakur se fait incarcérer pour agression sexuelle. Pendant son séjour en prison, il lit Le Prince de Machiavel. Après son incarcération, il adopte un nouveau surnom, «Makaveli.» Cette communication exposera la reprise, la réappropriation et la déformation d’idées machiavéliennes dans les œuvres de Tupac de 1996. Deux albums seront ainsi au centre de la communication : le dernier album sorti de son vivant, All Eyez On Me, enregistré à sa sortie de prison, et sa première œuvre posthume, Makaveli. The Don Killuminaty : The 7 Day Theory, enregistré et produit en sept jours, un mois avant sa mort.

La première partie de la communication montrera la reprise, chez Tupac, de l’idée machiavélienne classique de la critique de la moralité dans l’optique d’une vie politique. Ceci sera examiné en mettant de l’avant comment Tupac se perçoit en 1996 comme un être entièrement politique, encore plus que sur ses œuvres d’avant son incarcération, dans lesquelles il adoptait pourtant davantage les idées des Black Panthers. On verra comment l’engagement politique classique de la communauté afro-américaine des années 1960 et 1970 s’est trouvée implicitement critiquée par la posture machiavélienne adoptée par le rappeur. Cette vie politique machiavélienne sera comprise dans l’optique de la devise «Thug Life» de Tupac : il sera défendu que la « vie de voyou », à la fois désengagée et profondément politique, est en fait une réappropriation marginale contemporaine de la tradition Realpolitik.

La deuxième partie de la communication cherchera à comprendre la vie de Tupac, et ultimement sa mort, en se centrant sur la triade de concepts classiques machiavéliens de necessita, fortuna et virtù. Est-ce que le rappeur a manqué aux principes de Machiavel, si bien qu’il n’arrive qu’à précipiter sa propre mort, au lieu de solidifier sa domination sur le hip-hop de la fin du siècle dernier ? Est-ce qu’une meilleure compréhension de Machiavel aurait pu lui sauver la vie ? À l’inverse, le destin tragique de Tupac peut-il être vu comme une critique implicite de la limite des idées de Machiavel ? Est-ce que le rappeur voulait sciemment déformer les idées du Florentin ?

La troisième partie de la communication avancera une réflexion plus large à propos de la politisation du hip-hop dans une optique Realpolitik, entamée par le gangsta rap au tournant des années 1990 avec le groupe NWA. Cette nouvelle logique dans le hip-hop, où revendications et authenticité ne vont plus de pair, sera examinée sous l’angle du déracinement communautaire au sein de la sous-culture du hip-hop prise dans son ensemble. Il sera soutenu que la volonté de se faire miroir du réel dans le gangsta rap représente à bien des égards le début de la fin de l’enracinement communautaire du hip-hop et le début d’une nouvelle politisation interne du mouvement culturel dans son intégralité. Alors que le déracinement politique communautaire dans le hip-hop est plus souvent qu’autrement compris à travers le prisme d’un parti pris péjoratif, on verra que cette mouvance, nettement vers la droite, semble inévitable, considérant les valeurs intrinsèques au hip-hop (individualisme et matérialisme sur fond d’effritement communautaire).

La communication se conclura par une réflexion et une mise en contexte de cette mouvance de dépolitisation/repolitisation du hip-hop à la fin de « l’âge d’or » du rap (The Chronic de Dr. Dre, Doggystyle de Snoop Doggy Dogg et Ready to Die de Notorious B.I.G. ; 1992, 1993 et 1994 respectivement). La rivalité de Tupac et Biggie Smalls sera présentée comme le moteur du retour renouvelé du politique dans le hip-hop. Ce renouveau d’un politique déraciné sera vu comme donnant lieu à la création d’une sphère politique propre au hip-hop, laquelle serait hypostasiée et n’ayant aucun impact en tant que mouvement social aux États-Unis. Pourtant, ce renouveau engendre un monde politique parallèle, davantage ouvert aux communautés défavorisées plutôt qu’au monde politique traditionnel.

Ce billet s’inscrit dans les actes numériques du colloque « Conçues pour durer ». Perspectives francophones sur les musiques hip-hop.