Tous les articles par khadimbi

Enseignant chercheur à l'université de Gaston Berger du Sénégal, spécialisé en linguistique française : syntaxe hybride, sémantique et stylistique. Bibliographie sommaire : - « Norme linguistique et altérité au Sénégal : d’une norme exclusive à une norme inclusive » - 2016 – Les Sciences sociales : Mise à l’épreuve nouvelles perspectives, Sous la direction de Mamadou Diouf & Souleymane Bachir Diagne. CODESRIA, Dakar, 284 p., ISBN : 978-2-86978-709-4 - « De la poésie élitiste à la poésie urbaine : le slam, un genre entre tradition et modernité poétique » - 2015- Revue du GRADIS (Groupe de Recherches en Analyses des Discours sociaux) Logiques de l’hétérogène : Langages de ville et production de singularités, UGB, Saint-Louis ISSN 2337-2850 - « Comparaisons et métaphores dans Ville cruelle d’Eza Boto : de la satire explicite à la satire implicite » - 2015- Mongo Beti : une conscience universelle, ouvrage collectif dirigé Dr Adama Samaké de l’université de Cocody, publié aux éditions Publibook ISSN 1950-6856

Plurilinguisme, variété discursive et positionnement stratégique dans le hip hop sénégalais : typologie et Fonctions pragmatiques des interférences linguistiques dans l’album Encyclopédie du groupe Keur gui

Khadimou Rassoul Thiam est enseignant chercheur en linguistique française à l’Université Gaston Berger de Saint-Louis (Sénégal).

 

Le hip hop sénégalais a pendant longtemps souffert d’une marginalisation qui l’a placé dans un double confinement : un confinement spatial, les ghettos et les cadres urbains difficiles et/ou défavorisés, un confinement thématique, les problèmes sociaux dans les ghettos. Dans cette logique, il a toujours eu comme véhicule le langage de la rue, parfois vulgaire et argotique ; il s’agit d’utiliser les discours de la rue, proférés dans la rue pour dire la rue. (Dramé, 2005).

Depuis les années 2000, les acteurs du hip hop sénégalais, au-delà de l’expression du malaise et du « malêtre » dans les ghettos, se sont progressivement dévolue une autre mission citoyenne, religieuse et surtout politique (Niang, 2014). Le point d’orgue de cette dynamique sera l’érection du mouvement activiste Y’en a marre, dont le groupe Keurgui est membre fondateur, qui a transcendé les frontières entre ghettos et entre groupes artistiques pour s’autoriser une mission d’une dimension nationale et même internationale, faisant dire à certains analystes que le hip hop sénégalais est devenu mature (Dramé 2014). Ce repositionnement thématique passe nécessairement par un décloisonnement linguistique avec la transgression du langage argotique et l’adoption d’un discours hybride, plurilingue fortement métissé.

Le choix d’un discours mixte et décloisonné, marqué par une syntaxe hybride, un code switching, est lié à ce changement de paradigme qui a réorienté le mouvement qui commençait à s’essouffler vers des cadres moins tendancieux pour assurer sa survie. Il permet fondamentalement d’échapper au confinement lié à l’usage du langage argotique pour essayer d’atteindre, à travers un discours plurilingue, des performances sur le plan pragmatique qui permettrait au hip hop sénégalais de se frayer un chemin dans le paysage politique national et international. Le plurilinguisme en usage dans le hip hop sénégalais a ainsi un caractère fonctionnel, l’alternance codique et lexicale est guidée par une distribution complémentaire en rapport avec les différences situations énonciatives et discursives et obéit à des finalités pragmatiques précises conférant aujourd’hui au mouvement sénégalais une grande capacité d’adaptation contextuelle et lui assurant une certaine pérennité.

Notre objectif est de procéder à une catégorisation des différents types d’interférences linguistiques dans les textes hip hop sénégalais avant de passer à une analyse discursive et pragmatique pour mettre en lumière la finalité fonctionnelle de ce discours métissé.

Nous allons utiliser, à cet effet, en guise de corpus, l’album Encyclopédie du groupe Keur gui dont les deux chefs de file, Thiat et Kilifeu, sont des figures emblématiques du mouvement Y’en marre qui a été en première ligne dans la bataille électorale de 2012 contre le régime de Wade. Cet album, sorti en 2015, marque les ambitions du groupe de s’internationaliser en universalisant leur discours. Ce qui fait que l’album en question est marqué par un plurilinguisme plus accentué qui offre une matière analytique riche sur le plan linguistique et surtout pragmatique.

Bibliographie :

  • Auzanneau M., Bento M., Fayolle V., 2002, « De la diversité lexicale dans le rap au Gabon et au Sénégal », La linguistique, 2002/1, 38, pp. 69-98.
  • Dramé M. , 2005, L’obscène pour exorciser le mal en disant l’interdit : enjeux et signification des injures employées dans le Rap au Sénégal, Revue électronique internationale de sciences du langage – Sudlangues, 5, pp. 157-173, (http://www.sudlangues.sn).
  • Ndao D., 2007, « Le Rap au Sénégal : la revanche des marginaux », http://toomuchthingstosay.blogspot.com.
  • Niane, B., 2001, « Le Rap au Sénégal : les paradoxes d’un spleen », Liens 14 – Fastef – UCAD, Dakar, pp. 155-181.
  • Niang, A., 2006, “Hip hop culture in Dakar, Sénégal”, in P. Nilan, and C., Feixa, eds., Global youth? Hybrid identities, plural worlds, London-New York: Routledge, pp. 167-185.
  •  Niang, A., 2010, « Hip-hop, musique et Islam : le rap prédicateur au Sénégal » Cahiers de recherche sociologique, n° 49, pp. 63-94.
  • Verdelhan-Bourgade, M. , 1991, «Procédés sémantiques et lexicaux en français branché». Langue française n° 90, pp. 65-79.

Ce billet s’inscrit dans les actes numériques du colloque « Conçues pour durer ». Perspectives francophones sur les musiques hip-hop.