Archives de catégorie : Colloque 2017

Table ronde 2 : Des artistes hip-hop au cœur des mobilisations politiques. Exemples internationaux

Les artistes hip-hop constituent des leviers importants de mouvements sociaux et politiques. En mettant leur notoriété ou leurs œuvres au service de causes plus vastes, ils et elles se font tantôt les moteurs des mobilisations, comme les actrices et acteurs du mouvement Y’en a Marre au Sénégal ou du Balai citoyen au Burkina-Faso, tantôt leur relai public et médiatique, comme l’illustrent en France les concerts de la Marche de la dignité ou les vidéo-clips du Collectif contre le contrôle au faciès. Comment les musiques hip-hop participent-elles à des mouvements sociaux plus larges ? En quoi ont-elles modifié les outils et les répertoires d’action politique ? Comment ces implications d’artistes hip-hop en faveur de mobilisations sociales ou politiques varient-elles en fonction des contextes historiques, spatiaux et politiques ?

La discussion est introduite par la projection du documentaire Boy Soloum d’Audrey Gallet.

Table ronde animée par Alice Aterianus et Marie Sonnette, en présence de :

  • Abdoulaye Niang. Sociologue, senior lecturer au Départment of Arts and Cultures’ Occupations à l’Université Gaston Berger (Saint-Louis, Sénégal), spécialiste des mouvements sociaux et musicaux en Afrique subsaharienne
  • Smockey. Rappeur burkinabé, animateur du Balai citoyen
  • Maître Madj. DJ, ancien membre d’Assassin Production, acteur de la réalisation du projet 11’30 contre les lois racistes (1997)
Ce billet s’inscrit dans les actes numériques du colloque « Conçues pour durer ». Perspectives francophones sur les musiques hip-hop.

Actes numériques du colloque

Sommaire

Introduction

Par le comité d’organisation et les principaux partenaires du colloque

Conférencier.e.s invité.e.s

Tables rondes

Session 1 : Scènes locales

Session 2 : Esthétiques

Session 3 : Institutionnalisations

Session 4 : Authenticités

Session 5 : Expériences musicales

Session 6 : Écritures

Session 7 : Outils d’analyse

Session 8 : Représentations

Conclusion, par Kohndo et D’ de Kabal

Annexes

Table ronde 3 : Les musiques hip-hop au-delà du rap

Beatbox, turntablism, beatmaking, ragga, r’n’b, slam… Nombre de styles musicaux se sont développé dans le sillage de la culture hip-hop. Souvent éclipsés par le rap dans les médias ou le milieu académique, leur statut de « musiques hip-hop » est incertain, et fait parfois l’objet de débats vifs. Quelles relations historiques d’opposition ou de solidarité associent ces styles musicaux ? Quelles étiquettes concurrentes (black music, musiques urbaines…) existent pour décrire leurs liens multiples ? Comment est-ce qu’artistes et professionnel-le-s les définissent et évoluent entre ces styles ?

Table ronde animée par Karim Hammou, en présence de MKL (Producer) et D’ de Kabal (Rappeur, slameur, human beat-boxeur, écrivain…).

Ce billet s’inscrit dans les actes numériques du colloque « Conçues pour durer ». Perspectives francophones sur les musiques hip-hop.

La soirée à La Place : table ronde 2 et DJ set

Dans le cadre du colloque « Conçues pour durer : perspectives francophones sur les musiques hip-hop », le Centre culturel hip-hop de La Place nous accueille pour une soirée exceptionnelle le mercredi 1er février de 18h à 23h. Ce sera l’occasion de (re)découvrir ce centre culturel spécialement dédié au hip-hop qui a ouvert en 2016 dans le cadre du réaménagement de la Canopée des Halles.

Programme de la soirée :

18h-19h : Table-ronde : « Quels lieux pour le hip-hop ? Les centres culturels de Lille, Paris et Dakar : entre structuration artistique et projet urbain »

Continuer la lecture de La soirée à La Place : table ronde 2 et DJ set

« A Hip-Hop Globe » avec Sujatha Fernandes (2 fév.)

Professeure d’économie politique et de sociologie à l’Université de Sydney, Sujatha Fernandes mène une ethnographie approfondie de différents mouvements sociaux et économiques mondiaux.

Son premier livre, Cuba Represent!, se concentre sur les luttes culturelles qui ont émergées dans la société cubaine durant Continuer la lecture de « A Hip-Hop Globe » avec Sujatha Fernandes (2 fév.)

Un grand témoin : Kohndo

KoHndo démarre sa carrière à 18 ans au sein de La Cliqua, célèbre groupe de emcees parisiens qui fera basculer le rap français dans une nouvelle ère, où message rime avec style et originalité. Aux cotés de Rocca et Daddy Lord C, KoHndo bâtit, sa réputation en dynamitant les instrumentaux, sans arme, ni haine, ni violence. Son rap est précis, conscient, et se fait dans l’amour de l’art. C’est cet amour de la mécanique musicale qui lui fera définitivement embrasser sa carrière d’artiste à la fin des années 90.

Suite à une écoute intensive de Kind of Blue et Midnight Marauders, Kohndo comprend que tout reste à faire et, pour se libérer du pré carré du rap hexagonal, il ouvre son esprit et son art aux autres pour devenir, en 2013, le premier professeur de rap enseignant dans un conservatoire. Mais KoHndo est un récidiviste, chaque sortie le ramène à sa nature, comme si ses multiples évasions ne servaient qu’à mieux retrouver son premier amour : une musique nourrie de ses racines new yorkaises ayant grandi dans les rues de Paris, une musique  sophistiquée et explosive ayant pour vertu de faire tomber les murs.

C’est ce qu’on peut ressentir à l’écoute d’Intra-muros, son quatrième album. Un disque en forme de film noir, en écho à ses expériences dans le monde carcéral, qui sonne comme la rencontre de Dark Side of the Moon et Illmatic. Un album qui prend au ventre, qui nous interroge sur l’enfermement comme sur nos propres solitudes.

Enraciné dans la culture Hip Hop, l’intention de Kohndo a toujours été de se saisir de la diversité et la richesse de la culture Hip hop et des ses multiples composants (dj-ing, graffiti, beat box, danse, rap) pour mettre en œuvre des projets qui visent à redonner au rap un caractère universel en réaffirmant ses valeurs originelles de diversité, d’excellence et de performance.