Archives de catégorie : Session 1 : Scènes locales

Pratiques circulatoires d’artistes de rap sénégalais : la construction d’une scène musicale locale

Cécile Navarro est doctorante en anthropologie à l’Institut des Sciences Sociales des Religions Contemporaines, Université de Lausanne (Suisse), lauréate d’une bourse d’excellence doc.ch du FNS (Fonds national pour la recherche scientifique suisse). Son projet de thèse porte sur les mouvements circulatoires des artistes de rap sénégalais entre Dakar, l’Europe et les Etats-Unis, espaces de flux migratoires anciens et nouveaux mais aussi espaces imaginaires de réussite, pour comprendre le rôle des mobilités dans la construction des pratiques culturelles et leurs transformations.

 

La signature de groupes de rap sénégalais avec des majors internationales au début des années 2000, la migration de nombreux rappeurs sénégalais à l’étranger ainsi qu’une construction d’une économie musicale de plus en plus dépendante du marché international (Mbaye, 2011) posent le constat de l’éclatement du terrain musical étudié. Le projet de thèse cherche ainsi à comprendre de quelle façon ces dynamiques de distanciation de nombreux rappeurs avec le territoire sénégalais modifient la construction de ce genre musical et son ancrage dans le local. A partir du point de vue des artistes étudiés, dont il s’agit de restituer les logiques propres et marges de manœuvre (Kiwan et Meinhof, 2011) ainsi que leur « parcours » (Le Menestrel, 2013) entre plusieurs espaces de circulation, saisis par des terrains multisitués (Marcus, 1995), il apparaît qu’ancrage local et déterritorialisation, loin d’être deux phénomènes opposés, peuvent se renforcer l’un l’autre). Ces « parcours », multiples, montrent comment les expériences de mobilité interviennent dans la conception que les artistes se font de la scène musicale locale et les efforts entrepris pour modifier ou consolider cette scène. Le parcours et le discours de Waterflow sur lequel s’attarde la communication nous montre une des façons dont ces artistes réconcilient appartenance au territoire, recours à la mobilité comme source d’opportunités artistiques/professionnelles et rattachement à un « esprit Hip Hop » qualifié d’universel.

Ce billet s’inscrit dans les actes numériques du colloque « Conçues pour durer ». Perspectives francophones sur les musiques hip-hop.

Les débuts de la scène musicale hip-hop nantaise (1997-2001)

Gérôme Guibert est enseignant chercheur, maitre de conférences en sociologie à l’université Paris 3 Sorbonne Nouvelle depuis 2009. Durant plus de dix ans, il a effectué de nombreuses enquêtes de terrain en tant que sociologue indépendant dans les mondes de la musique, principalement dans l’ouest de la France. Il travaille sur la notion de « scène locale » depuis le début des années 2000, et a publié de nombreux articles et chapitres d’ouvrages sur la question.

Télécharger le diaporama associé à la présentation (*.pptx)

Le tournant du siècle, constitue, à Nantes comme ailleurs sur le territoire français (en dehors de quelques endroits comme Paris et Marseille), une période de formation ou de consolidation des activités musicales hip hop autour du rap principalement mais aussi du DJing. Œuvrant dans le contexte de cette dynamique d’affirmation du hip hop, on peut mentionner en premier lieu un évènement, le festival Energ’hip hop, qui tire la dynamique nantaise. Il perdurera durant six éditions, de 1997 et 2002. Cofondé à la fois par des acteurs locaux du social, de la culture et des associations impliquées dans le mouvement hip hop, ce festival permettra d’établir de nombreuses connections entre rappeurs internationaux mais aussi régionaux (ce qu’on appelait « le hip hop de l’West », issu du triangle Angers-Rennes-Nantes) et locaux. On peut mentionner ici les collectifs ou possee du Boo Des Lands (Nord de Nantes), 44e Régiment (quartier Malakoff au Sud-Est de Nantes) ou Rapacité (Dervallières, à l’Ouest). Cette communication se déroulera en deux temps. Elle commencera par décrire les principaux axes du hip hop nantais en émergence sur la période concernée au tournant du XXème siècle. Pour cela, Nous nous servirons des nombreuses archives personnelles et données de terrains. Puis dans un second temps, on se focalisera sur le parcours de 20 syl, rappeur au sein du groupe HocusPocus (dont la première démo fut édité en 1997) et membre du collectif de DJs Coups de Cross (puis C2C) deux projets qui atteindront un niveau international dans les années 2000. On mettra en avant les connexions existantes entre 20syl (à la fois rappeur, DJ et producteur) et les divers acteurs de la scène nantaise, le but étant de jauger leur importance dans la reconnaissance croissante du musicien.
Ce billet s’inscrit dans les actes numériques du colloque « Conçues pour durer ». Perspectives francophones sur les musiques hip-hop.

La construction d’une scène rap underground au Burkina Faso : entre « ouverture des possibles » et ambiguïtés relationnelles

Anna Cuomo est doctorante en anthropologie sous la direction de Michel Agier, et travaille sur la pratique du rap à Ouagadougou depuis 2010, date d’entrée en master à l’EHESS. Elle s’intéresse plus particulieèrement à la fabrique d’un rap africain dans le contexte burkinabé, en tension permanente entre une situation postcoloniale forte et un contexte de mondialisation

 

Cette communication a pour objectif central de mettre en lumière la construction d’une scène rap « underground » dans un contexte urbain africain, Ouagadougou. La réflexion s’appuiera sur plusieurs enquêtes ethnographiques menées depuis 2010 dans les mondes du rap ouagalais et, plus particulièrement pour cette communication, celui des sounds systems. A partir de descriptions de ces soirées organisées dans plusieurs lieux, considérés comme des « lieux de sociabilité », de la rue d’un quartier populaire, à l’Institut Français, articulées à des extraits d’entretiens effectués avec plusieurs acteurs de ce monde, nous verrons que cette scène underground à Ouagadougou se construit dans l’interaction avec de nombreux expatriés européens, amateurs de musiques underground européennes et de musiques africaines, qui s’implantent dans les mondes culturels burkinabè, en ouvrant des bars, en produisant des artistes, en étant dj pour tel ou tel groupe, en créant des studios d’enregistrement. La construction de ce monde culturel à Ouagadougou se construit alors au sein de relations racialisées entre artistes burkinabè et expatriés européens, induisant des rapports de force et de domination : c’est dans cette relation à l’altérité que ces rappeurs burkinabè deviennent des ambassadeurs d’un rap « authentiquement underground« , à l’intérieur d’un monde du rap burkinabè où se jouent des conflits de légitimité.

Ce billet s’inscrit dans les actes numériques du colloque « Conçues pour durer ». Perspectives francophones sur les musiques hip-hop.