Archives de catégorie : Session 2 : Esthétiques

Le sens des contrastes sonores et musicaux dans les productions de rap de Marseille

Jean-Marie Jacono est maître de conférences en musicologie à l’université d’Aix- Marseille. Il y enseigne la sociologie de la musique, l’analyse des musiques populaires modernes et l’histoire et l’analyse de la musique du XIXe siècle. Il travaille sur l’analyse des productions de rap depuis plus de vingt ans, comme en témoigne la liste de ses publications (cf. ci-après). Il vient de publier par ailleurs l’ouvrage suivant (dir., avec Lionel Pons) : Henri Tomasi – du lyrisme méditerranéen à la conscience révoltée, Aix-en- Provence, Presses universitaires de Provence, 2015, 564 p.

Les dimensions musicales et sonores dans le rap ont bien entendu une relation étroite avec la scansion d’un texte poétique. Elles sont en général en accord avec la signification des paroles. Un rythme, un tempo, des samples et un son conséquents sont de règle pour un texte mettant en valeur le rappeur/la rappeuse ou dénonçant les injustices de la vie sociale. Les productions de rap présentent au sein d’un album des titres qui contrastent par bien des moyens avec d’autres et sont structurés différemment. Ces éléments semblent avant tout destinés à favoriser l’écoute des auditeurs. On peut pourtant s’interroger sur le sens de tels contrastes, après avoir établi une typologie. Quelle est leur importance dans la production des rappeurs ? S’agit-il simplement d’éléments vocaux ou sonores qui prennent place dans le cadre d’un discours ? Est-il possible d’y voir la marque d’un lieu offrant des situations contrastées ? Le corpus d’étude sera déterminé par les principales productions des groupes de Marseille depuis l’apparition d’IAM (1989). Marseille est caractérisée par des oppositions majeures, géographiques et sociales. Quels types de contrastes sont présents dans le rap marseillais ? Dans quelle mesure ces oppositions sonores et musicales sont-elles en rapport avec la situation de la ville ? Les profondes crises économique, sociale, urbaine et politique de cette ville au taux de pauvreté impressionnant (23 %) pèsent d’une manière ou d’une autre sur l’imaginaire des créateurs des musiques hip-hop.

Ce billet s’inscrit dans les actes numériques du colloque « Conçues pour durer ». Perspectives francophones sur les musiques hip-hop.

This is a journey into sound : envisager le sampling comme un langage musical propre

Maxence Déon est professeur d’éducation musicale dans l’Académie de créteil et agregé de musicologie.

Il est aisé d’envisager le sampling dans la musique hip-hop comme un procédé intertextuel, d’autant que les textes des rappeurs usent de l’intertextualité avec enthousiasme. Toutefois, l’analyse de cette pratique compositionnelle montre rapidement que nombreux sont les cas où l’intertextualité semble complètement absente. Nous voulons donc dans cette communication faire apparaître d’autres enjeux de cette pratique : le sampling comme outil stylistique propre – et pas simplement par opposition avec la composition hip-hop sans samples – ainsi que comme outil esthétique. L’analyse musicale de plusieurs morceaux d’un même artiste (à l’échelle d’un album ou d’une discographie complète) permet de démontrer le premier de ces deux enjeux : en général, le choix et l’utilisation des samples par les producteurs hip-hop n’est pas guidé par une volonté intertextuelle mais bien par une ambition stylistique et proprement musicale. En continuant l’analyse, on découvre également les enjeux esthétiques du sampling : en tant que pratique expérimentale, et souvent ludique (les musiciens hip-hop jouent avec les samples), le sampling permet d’obtenir un grain, des compositions, des structures formelles, mélodiques ou harmoniques qui lui sont propres, voire de créer ou de modifier certains idiomes compositionnels. L’enjeu de l’analyse du sampling envisagé comme un langage musical et pas seulement comme un emprunt n’est pas des moindres, puisqu’il permet de penser le hip-hop comme un genre musical, indépendamment du texte ou du sens, et (enfin ?) les « producteurs » comme des compositeurs.

Ce billet s’inscrit dans les actes numériques du colloque « Conçues pour durer ». Perspectives francophones sur les musiques hip-hop.

Analyse sémio-sémantique de la gestuelle dans les clips vidéo de rap

Polina Chodaková est docteur associée à l’Université Charles de Prague.

Alena Podhorná-Polická est maîtresse de conférences à l’Université Masaryk, Brno.

 

Ci-dessous le diaporama qui accompagnait l’exposé.

 

Cette communication se propose de répertorier quelques éléments du langage corporel dans des clips vidéo de rap francophone et tchèque. Nous évaluerons la présence de ce moyen communicationnel non verbal à travers une annotation gestuelle dans un corpus d’extraits de cinquante chansons, qui seront issues de la base de données RapCor de l’Université Masaryk. Cette analyse sera faite dans l’intention d’approfondir, avec une couche supplémentaire, l’analyse rapologique des textes, auxquels les clips vidéo apportent de nouveaux sémantismes. L’approche se propose d’évaluer la présence ou non des gestes. Une classification de différents signes (icône, index, symbole) et de non-signes visera à faire le point sur les fonctions de ces éléments visuels, qui sont un message en soi : ils sont utilisés pour appuyer la signification des paroles en soulignant leur portée identitaire, pour impliquer le spectateur, pour accompagner le rythme du phrasé, etc. Dans cette optique, deux hypothèses concernent la relation de la gestuelle identitaire aux paroles et à l’organisation strophique: quel est l’effet du lexique? Les gestes apparaissent-ils dans quelque passage de préférence (intro, pont, outro)? Outre cette description sur la marge de la linguistique, la gestuelle implique la directionnalité de cet échange: dans combien de gestes recensés les interprètes interpellent le public? La question de savoir comment un contact « visuel » est établi entre le rappeur et la caméra est également prise en compte (mouvements oculaires, clignotement, etc.). Ainsi, nous espérons comprendre mieux la gestuelle en tant qu’emprunt culturel spécifique aux clips vidéo de hip-hop, relevant de liens intertextuels et interénonciatifs.

Ce billet s’inscrit dans les actes numériques du colloque « Conçues pour durer ». Perspectives francophones sur les musiques hip-hop.