Archives de catégorie : Session 4 : Authenticités

Héritages de Césaire, Fanon et Glissant : stratégies d’authentification et processus identitaires

Virginie Brinker est Maîtresse de Conférences en Littératures francophones à l’Université de Bourgogne-Franche-Comté (Centre Pluridisciplinaire Textes et Cultures, « CPTC », EA 4178). Sa thèse porte sur les représentations du génocide tutsi dans les productions littéraires et cinématographiques. Elle a co-écrit avec J-A. Huynh, P. Monti, Réussir le Français à l’écrit, publié aux éditions Atlande en octobre 2012.

 

Le rap émerge en France dans les années 1980 dans un contexte politique particulier, comme le rappelle Bettina Ghio (Le Rap français : désirs et effets d’inscription littéraire, 2012), celui du débat polémique qui agite la scène publique autour de l’immigration, notamment maghrébine et subsaharienne, et de la montée du Front National. Les dysfonctionnements du modèle français d’intégration, les traitements réservés aux immigrés et à leurs descendants, mais aussi les tensions liées à la mémoire de l’esclavage et de la colonisation représentent, depuis lors, un certain nombre de thématiques privilégiées. Mais la mise en textes de ces tensions révèle aussi un certain nombre de propositions, aussi diverses soient-elles, visant à définir des identités plurielles, depuis l’appellation « rap de fils d’immigrés » (La Rumeur, Casey…), jusqu’au récent album NGRTD (Négritude) de Youssoupha, en passant par la revendication de l’unicité dans le multiple (Rocé), dont les références culturelles mobilisées explicitement (Aimé Césaire et Frantz Fanon notamment) parachèvent la dimension argumentative. Des échos à d’autres pensées de l’identité (Édouard Glissant, Achille Mbembe…) sont par ailleurs possibles, comme autant de propositions politiques permettant de complexifier le débat. Ainsi, au-delà de l’effet-citation et des stratégies d’authentification possibles, il s’agira d’interroger les enjeux de la reprise des matrices de ces pensées politiques et leur impact sur l’écriture elle-même des textes étudiés.

Ce billet s’inscrit dans les actes numériques du colloque « Conçues pour durer ». Perspectives francophones sur les musiques hip-hop.

« Faire du rap de » – Analyse du lexique d’autodéfinition du rap

Corentin Roquebert est doctorant à l’ENS de Lyon (centre Max Weber) où il prépare une thèse sur l’espace social des catégories profanes de perception du monde social sous la direction de Bernard Lahire. Il est également co-animateur d’un blog hypothèses « Nychtémères » qui vise à « mesurer la contemporanéité du rap ».

 

Cette communication s’inscrit dans un projet de compréhension du rôle que joue l’emploi de catégories de perception du monde social pour « fixer » celui-ci. On s’interrogera sur la manière dont l’espace du rap (français), considéré comme traversé par des luttes de classement, est organisé discursivement : comment ses acteurs, dans leurs textes, identifient leur pratique par rapport à d’autres ? De quelles manières les acteurs du rap se classent, notamment par rapport aux différentes catégorisations profanes du rap (« commercial » vs « underground », etc.) ? Les critères qui distinguent « son » rap des autres sont-ils internes (critères formelles ou esthétiques) ou en relation avec d’autres champs (critères liés à des rapports sociaux) ? Le corpus d’étude est ainsi constitué à partir des occurrences d’un ensemble d’expressions désignant un type de rap (« conscient », « hardcore », « de blanc », etc.). Dans un premier temps, nous procéderons à une analyse lexicométrique, afin de cartographier un espace du rap via l’usage de ces catégories réflexives. Nous complèterons cet examen par une étude de réseau, par le biais des featuring, pour voir si des rappeurs qui utilisent des expressions proches ou identiques (en termes de schèmes de perception), ont des liens entre eux. D’autre part, nous complèterons cette approche par une analyse plus précise de différents morceaux et de la manière dont ils mettent en scène discursivement une opposition entre « leur » rap et les « autres ». Un détour par les interviews des artistes servira en complément, pour voir notamment ce qui est propre au discours « rappée ».

Ce billet s’inscrit dans les actes numériques du colloque « Conçues pour durer ». Perspectives francophones sur les musiques hip-hop.

Se dire « rappeuse » ou non : un positionnement discursif entre catégorisation de l’activité musicale et enjeux de genre

Claire Lesacher est ATER au département information-communication de l’Université Rennes 2 (PREFics). Elle travaille actuellement sur l’implication des femmes au sein du rap comme moyen de subversion des rapports de domination vers la visibilité et la prise de responsabilité au sein de l’espace public.

 

Cette communication s’appuie sur une recherche doctorale interrogeant l’activité rap montréalaise à l’aune du genre et d’un point de vue sociodiscursif. Inscrite dans le champ de la sociolinguistique et arrimée aux ancrages épistémologiques qui envisagent le genre comme un rapport social coproduit, cette étude se base sur des entretiens semi-directifs réalisés en 2011 auprès de 20 rappeuses ou groupes de rappeuses. Le corpus est interprété selon une méthode qui croise analyse du discours et analyse de contenu thématique. Lors du travail de terrain, les modalités de présentation et de réalisation de l’entretien ont pu tendre à imposer préalablement une catégorie du champ musical et genrée aux participantes (« rappeuses »). Dans ce contexte, nous envisagerons la manière dont ces dernières se positionnent discursivement face à cette dénomination, en nous intéressant à la production du terme « rappeuse-s » dans leurs discours. Il sera constaté que se nommer comme « rappeuse » n’est ni automatique ni anodin. Être rappeuse ne semble pas toujours être l’équivalent de « faire du rap », le terme prenant une dimension plus restrictive dans le discours de certaines participantes et ce, parfois dans un mouvement dialogique avec les discours en circulation dans l’espace public. Aussi, il sera mis en exergue que les rappeuses rencontrées se présentent davantage en disant ce qu’elles font (« rapper », « faire du rap ») plutôt qu’en usant de formes nominales agentives (« rappeuse »). Nous appréhenderons également les enjeux liés à la féminisation du terme « rappeur ». En effet, il apparaît que la convocation du genre grammatical féminin n’est pas non plus anodine chez les participantes qui usent d’une forme nominale agentive indiquant qu’elles font du rap.

Ce billet s’inscrit dans les actes numériques du colloque « Conçues pour durer ». Perspectives francophones sur les musiques hip-hop.

Itinéraire d’authentification des « Blocks » aux « Cités D’Or »

Peter Reimer est doctorant en linguistique romane à l’université Goethe de Francfort.

 

En constatant une prise de conscience de la présence d’un public, à l’écoute le DJ et producteur Sya Styles, du groupe marseillais Psy 4 De La Rime, évoque, lors d’un entretien en 2005, un changement d’attitude des artistes envers leur art au cours du processus de commercialisation. Pour éclaircir en quoi ce changement consiste dans les registres de l’identification, de la langue et des stratégies d’authentification, nous prendrons les trois dimensions de la distinction de stratégies de commercialisation élaborée par Scholz (2003) comme étapes de la carrière du groupe et analyserons les changements dans une approche diachronique. Le corpus sera composé de paroles de chansons précédant le premier album, de chansons du deuxième ainsi que du troisième album et proviendra de sites internet spécialisés, et sera retravaillé ou entièrement auto-transcrit. Nous nous appuierons sur la grille d’analyse comparative de paroles de rap proposée par Androutsopoulos/Scholz (2002) que nous modifierons afin d’analyser les étapes à travers le cadre socio-culturel (catégorisations d’identifications et constructions discursives appliquées), les discours du rap (sujets, structure performative, références culturelles) et les patterns linguistiques dans la variation du langage, les structures rhétoriques et les éléments en anglais. Finalement nous mettrons en évidence les changements entre les étapes de l’itinéraire de commercialisation ainsi que les stratégies d’authentification.

Ce billet s’inscrit dans les actes numériques du colloque « Conçues pour durer ». Perspectives francophones sur les musiques hip-hop.