Archives de catégorie : Session 5 : Expériences musicales

Raisons et liaisons du rap : comment se construit le feeling du mélomane et du rappeur pratiquant ?

Jean Evenson Lizaire est Doctorant en Sciences de l’éducation au laboratoire EXPERICE (Expérience Ressources culturelles Education), Ecole doctorale ERASME, Université Paris 13 et chargé de cours à l’Université d’État d’Haïti

Variante musicale à retentissement planétaire, le rap est apparu en Haïti dans les années 1980  et a su évoluer jusqu’à devenir une véritable communauté de pratique constituée de rappeurs, de DJ, d’amateurs, etc. Grâce à la sophistication et à la démocratisation des technologies de l’information et de la communication dans le contexte de la mondialisation des valeurs culturelles (Chaubet, 2013), le rap rencontre, en Haïti, un nombre grandissant d’artistes et de fans ; il s’impose comme une pratique sociale comportant d’énormes enjeux d’ordre socio-économique, culturel et politique. Que nous renseigne la pratique de cette musique sur la dynamique sociale haïtienne ?

Quelques éléments socio-historiques, le contexte économique et politique d’Haïti permettent d’appréhender le rap comme lieu de résistance et modalité d’expression d’une parole libérée (Morisset, 2011), les rappeurs pratiquants étant en quête de visibilité et de reconnaissance (Honneth, 2002). En effet, pour des jeunes relégués socialement et économiquement, le rap se révèle un moyen d’accès à une participation politique dans le contexte d’une « transition démocratique » (Dumas, 1997) après environ trois décennies de dictature.

Le rap est aussi un lieu de socialisation où les rappeurs pratiquants et leur public se reconnaissent ensemble dans une communauté d’expérience et de sens (Lizaire, 2014). En effet, les artistes et les fans incorporent des manières d’écouter, de sentir et de vivre cette musique ; c’est ce qui fait que tout le monde ne peut pas, un beau matin, s’autoproclamer rappeur ni même fan du rap. Ce fait m’interpelle et me conduit vers tout un questionnement. Comment devient-on un rappeur ? Quelles formes de savoirs participent de ce processus complexe qu’est le devenir rappeur ? L’analyse du parcours biographique d’un certain nombre de pratiquants du rap haïtien me permet de soutenir que le rappeur est un mélomane qui a pu devenir un artiste du rap. Il existe donc un rapport de continuité entre le statut de fan __ si statut il en est __ et celui de rappeur. Et c’est justement là que se situe ma préoccupation : particulièrement dans ce travail réflexif, je m’intéresse aux modalités de réception et de délectation de la sonorité rap et au processus d’incorporation qui en découle. Il serait tout à fait pertinent de chercher à déterminer qui écoute du rap en Haïti et la manière dont les rappeurs haïtiens s’y prennent pour s’adresser à leur auditoire, à l’instar des travaux qui ont déjà été menés autour de ces aspects du rap (Pecqueux, 2007 ; Molinéo, 2009 ; Edwards, 2009). Mais, dans les contours de cette présentation, je circonscris mon analyse autour du rapport que construisent le fan et le rappeur pratiquant vis-à-vis de la musique rap. Plus précisément, je tente de proposer des éléments de réponse à la question complexe de savoir comment se construit le feeling du rap chez le fan et le rappeur pratiquant.

A travers cette communication, je proposerai donc quelques pistes de réflexion sur les sensibilités développées et les savoirs expérientiels construits par le rappeur pratiquant et le mélomane du rap. Cette présentation entre dans le cadre d’un travail de recherche que je mène depuis novembre 2012 sur la dimension d’autoformation et de subjectivation du rap haïtien pour obtenir mon diplôme de doctorat en sciences de l’éducation à l’Université Paris 13. Mon analyse se base sur des données recueillies à partir des entretiens semi-directifs réalisés en Haïti avec des rappeurs haïtiens évoluant dans trois communes de la zone métropolitaine de Port-au-Prince. Le propos se situe dans le cadre épistémologique et théorique de la recherche biographique en sciences humaines et sociales dont l’objet se situe dans l’interface du singulier et du collectif, avec pour finalité de rendre compte de la manière dont les individus élaborent leurs expériences et font signifier les situations et les événements de leur existence (Delory-Momberger, 2009). Cette approche permet de saisir le processus de construction du sujet au sein de l’espace social et d’analyser des mécanismes d’élaboration des savoirs non formels acquis par lui-même au fil de ses expériences et des diverses interactions qu’il entretient avec ses environnements historique, socio-économique, culturel et politique.

Références bibliographiques

  • Chaubet, F. (2013). La mondialisation culturelle. Paris : PUF.
  • Delory-Momberger, C. (2009). La condition biographique. Essais sur le récit de soi dans la modernité avancée. Paris : Téraèdre.
  • Dumas, P-R. (1997). La transition d’Haïti vers la démocratie : essais sur la dérive despotique-libérale. Port-au-Prince : Imprimeur II.
  • Edwards, Paul. (2009). How to Rap. The art and science of hip-hop MC. Chicago: Chicago Review Press.
  • Honneth, A. (2002). La lutte pour la reconnaissance. Paris : Les éditions de cerf.
  • Lizaire, J-E. (2014). La résonnance biographique du rap : entre sens commun et communauté de sens. Le sujet dans la cité Revue internationale de recherche biographique. No 5. Pp. 201-213.
  • Molinero, S. (2009). Les publics du rap. Enquête sociologique. Paris : L’Harmattan.
  • Morisset, J. (2011). Haïti délibérée. Montréal : Éditions Mémoire d’encrier.
  • Pecqueux, A. (2007). Voix du rap: essai de sociologie de l’action musicale. Paris: L’Harmattan.

Ce billet s’inscrit dans les actes numériques du colloque « Conçues pour durer ». Perspectives francophones sur les musiques hip-hop.

Les formes de distinction parmi les jeunes auditeurs de rap : d’une sociologie de la consommation à une sociologie de la réception

Florence Eloy est sociologue, MCF en sciences de l’éducation à l’Université Paris 8, CIRCEFT-ESCOL,
Tomas Legon est sociologue, post-doctorant au CEMS-EHESS.

Cette proposition de communication a pour objectif de mettre en lumière les formes de différenciations sociales observées chez les adolescents français des années 2000 en matière d’écoute de rap. Pour ce faire, on s’intéressera autant à la question de la consommation, entendue comme forme de préférence ou de dégoûts pour des registres musicaux ou des artistes, qu’à la question des rapports à la musique rap – à savoir les manières de découvrir, catégoriser, consommer ou juger la musique.
Pour ce faire, nous nous appuierons sur des matériaux de nature diverse, produits dans le cadre de différentes enquêtes :
D’un côté, des données quantitatives, notamment issues de l’enquête longitudinale PANEL (DEPS)1 qui suivait une cohorte de jeunes français, âgés de 11 à 17 ans, de 2002 à 2008. Ces données de cadrage général serviront à construire notre première partie. En utilisant des variables et des indicateurs pertinents à cette échelle macro (l’origine sociale, le sexe ou l’âge des répondants), il s’agira de montrer ce que de telles données permettent de comprendre de ce goût chez ce public spécifique, dans le sillage des analyses statistiques sur les pratiques culturelles menées depuis le milieu du XXe siècle en France (conduites notamment par des chercheurs comme Olivier Donnat, Philippe Coulangeon ou encore Sylvie Octobre…. ). Nous insisterons particulièrement sur le fait que le goût et le dégoût pour des genres comme le Rap ou le RnB suivent, à l’intérieur du cycle de vie, des dynamiques particulières. Celles-ci s’expliquent par l’avancée en âge (avancée marquée par le changement de statut : de collégien à lycéen, par exemple), le respect plus ou moins fort d’un ordre du genre (Clair, 2008), et l’apprentissage de logiques de distinctions sociales.
D’un autre côté, nous mobiliserons des données qualitatives produites dans le cadre de deux thèses de sociologie, qui portaient respectivement sur les rapports entre cultures juvéniles et culture scolaire, appréhendés à travers l’enseignement de la musique au collège, et sur la manière dont les lycéens construisent des avis a priori en matière de musique et de cinéma. Le recours à des entretiens individuels, des études de cas et des observations en classe nous permettrons de détailler les modalités de réception du rap. Grâce à des outils théoriques proposés par Pierre Bourdieu (1979), Jean-Claude Passeron (1991) ou Bernard Lahire (notamment l’opposition entre des rapports éthico- pratique et des rapports formels à la musique, 1993), nous analyserons les expériences spécifiques des amateurs comme des détracteurs du rap. Nous montrerons notamment que si un rapport éthique domine singulièrement les manières de juger (positivement ou négativement) cette musique, les adolescents qui ont grandit dans environnement particulièrement dotés en capital culturel mobilisent d’autres schèmes de perception pour discerner la qualité, catégoriser les artistes ou construire des systèmes de découverte qui leur semble pertinents. Aussi, en ayant les moyens empiriques de comparer la réception spécifique du rap proposée par l’école aux manières ordinaires dont les différents jeunes écoutent cette musique, nous proposerons une réflexion sur les stratégies de distinction et les profits de légitimité que les différents rapports à ce genre musical peuvent recouvrir.

1 Cette enquête a donné lieu à une présentation synthétique de ses résultats dans l’ouvrage L’enfance des loisirs. Trajectoires communes et parcours individuels de la fin de l’enfance à la grande adolescence (Octobre, Détrez, Merklé, Berthomier, 2010). Celle-ci ne traite cependant pas en détail la question de la consommation du rap.

Bibliographie

  • Bourdieu, Pierre. La Distinction. Critique sociale du jugement. Paris : Minuit, 1979.
  • Clair, Isabelle. Les jeunes et l’amour dans les cités. Paris : Armand Colin, 2008.
  • Lahire, Bernard. La raison des plus faibles : rapport au travail, écritures domestiques et lectures en milieux populaires. Sociologie. Lille : Presses universitaires de Lille, 1993.
  • Octobre, Sylvie, Christine Détrez, Pierre Mercklé, et Nathalie Berthomier. L’enfance des loisirs. Trajectoires communes et parcours individuels de la fin de l’enfance à la grande adolescence. Paris : DEPS, Ministère de la Culture et de la Communication, 2010.
  • Passeron, Jean-Claude. Le raisonnement sociologique. L’espace non-poppérien du raisonnement naturel. Paris : Nathan, 1991.

Ce billet s’inscrit dans les actes numériques du colloque « Conçues pour durer ». Perspectives francophones sur les musiques hip-hop.

La « conversation d’amateurs » de rap : légitimations et illégitimations des pratiques culturelles des femmes

Pauline Guérin est étudiante en Master 2 à l’université Paris 8.

Les discours relayés par les médias, associant le rap à la « figure du jeune de banlieue » (Hammou, 2015, p.75) entérine une représentation du rap comme étant essentiellement masculin (Lesacher, 2013, p.162). Comment les auditrices de rap se situent-elles par rapport à ces représentation, et quels impacts ont-elles sur leurs pratiques culturelles ?

Pour répondre à cette question, j’ai mené une enquête ethnographique associant une observation participante dans le milieu du rap dit « militant » , associant des militants syndicalistes d’extrême gauche, des antifascistes, des militants d’association contre les violences policières, ou encore des anarchistes et dans des milieux féministes, ainsi qu’un travail d’observation d’une dizaine de concerts (réalisé par des artistes de rap aussi bien grand public qu’associés aux milieux féministes ou antifa).

Dans chacun de ces espaces, s’engager dans ou éviter une conversation sur le rap est apparu comme un enjeu dans la reconnaissance de soi comme auditrice légitime de rap. Stéphanie Molinéro souligne l’existence, lors de ses entretiens, de mécanismes qui participent de l’affirmation de la qualités d’amateurs des enquêtés. La mise en avant de ses connaissances, en se distinguant, en se valorisant des participants ou en mettant en avant ses connaissances générales ou spécifiques, permet « de signifier que l’on fait partie de ceux qui s’y connaissent » (Molinero, 2009, p.110), soit les amateurs (Molinero, 2009, p.110). Lors des « conversations d’amateurs », ces mêmes mécanismes se mettent à l’oeuvre. Or ces conversations comportent des enjeux éminemment genrés.

Ma communication propose d’examiner les modalités de ces « conversations d’amateurs » de rap au sein des différents espaces étudiés, en soulignant le système implicite qui tend à déligitimer les femmes comme auditrice de rap, et qui varie selon le degré et le type de politisation des espaces considérés (antifa vs. féministe, grand public vs. militant, antifa vs. féministe). Mais les possibilités de légitimations et d’illégitimations varient aussi selon que les interactions sont mixtes, non-mixtes, et selon qu’elles se déroulent dans un cadre plutôt favorable ou hostile à l’écoute du rap en général

Je montrerai ainsi comment ces différentes contraintes incite les femmes à développer leur goût pour le rap de façon solitaire ou avec un petit nombre d’amies, et la façon dont leurs modalités d’appréciation du rap tend à leur interdire le titre d’« amateur authentique » du genre. Dans cette logique, c’est la distinction même entre amateurs et auditeurs ou « consommateurs » (Molinero, 2009, p.152-156) qui peut être interrogée, en ce qu’elle met en jeu des rapports de pouvoir et ne se contente pas de désigner, mais classifie les pratiques musicales , en valorisant certaines et en dévalorisant les d’autres (Thornton, 1996).

Bibliographie :

  • Hammou Karim, « Rap et banlieue : crépuscule d’un mythe ? », Informations sociales 4/2015 (n° 190),p. 74-82
    URL : www.cairn.info/revue-informations-sociales-2015-4-page-74.htm.
  • Lesacher Claire, « “Le rap est sexiste”, ou quand les représentations sur le rap en France engagent une réflexion à partir de l’intrication et de la coproduction des rapports de pouvoir » in Parisot Y et Ouabdelmoumen N., Genre et migrations postcoloniales. Lectures croisées de la norme, PUR, 2013, p.155-171.
  • Molinero Stéphanie, « Les Publics du rap. Enquête sociologique », 2009, Paris, L’Harmattan, coll. « Musique et champ social », 352 p.
  • Thornton Sarah, « Club cultures. Music, media and subcultural capital », 1996, Hanover Wesleyan University Press, 191 p.

Ce billet s’inscrit dans les actes numériques du colloque « Conçues pour durer ». Perspectives francophones sur les musiques hip-hop.

Présence et écoute du rap en public : une banalisation inachevée

François Debruyne est Maître de conférences en sciences de la communication à l’Université de Lille, et membre du GERIICO.

Publications (plus ou moins directement) liées à la proposition de communication :

  • Debruyne F., (2015), « Faire et (se) défaire (d’) une expérience publique de l’écoute », in Culture & Musées, n° 25, p. 69-93.
  • Da Lage E., Debruyne F., (2015), « Les refrains de la mondialisation », in Réseaux, n° 192, p. 115-142.

La mondialisation des musiques hip-hop, leur pérennité, leur place prépondérante dans les cultures populaires et médiatiques comme dans l’économie de la musique, constituent vraisemblablement des dynamiques et des indices tangibles de leur progressive banalisation. L’hypothèse défendue ici est que ce processus reste inachevé, au moins du point de vue des situations dans lesquelles ces musiques prennent une consistance publique.

Plus précisément, il s’agit de focaliser l’attention sur les formes de présence et d’écoute du rap dans les espaces publics urbains, telles qu’elles se manifestent en pratique dans la vie quotidienne. On se concentrera ici sur leurs configurations potentiellement publiques, à partir de diverses pratiques situées dans des environnements urbains :

– écouter et diffuser du rap en public – en utilisant un ghetto-blaster, des enceintes portatives ou la fonction haut-parleur des téléphones portables, dans la rue, les gares, les transports en commun ou encore les jardins publics, mais aussi stationner, ou traverser la ville, dans une voiture dont les enceintes propagent des sonorités hip-hop à fort volume sonore ;

– chanter – de manière synchronisée avec le morceau diffusée dans les oreillettes, mais aussi exercer son flow et ses textes, avec ou sans accompagnement musical ;

– danser – esquisser quelques pas de danse un casque sur les oreilles, performer une chorégraphie devant quelques lieux culturels dédiés ou dans la rue, mais aussi se produire dans des lieux publics pour enregistrer des vidéos qui seront ensuite publiées sur le Net.

Le matériau ethnographique mobilisé renvoie à une enquête sur les pratiques d’écoute en public, menée depuis le tournant des années 2000, sur des terrains français, anglais et australiens. D’une part, il s’est avéré que le rap avait une place particulière dans les espaces publics observés en France : il y apparaît de manière plus différenciée qu’en Angleterre ou en Australie, où sa présence publique est plutôt confondue avec celle d’autres musiques (dites) « urbaines ». D’où l’intérêt de décrire ces moments et ces situations dans lesquels la différenciation du rap comme forme particulière est indissociable d’autres types de catégorisations pratiques, notamment sociales. D’autre part, la mise en perspective des observations accumulées depuis une quinzaine d’années indique que la confiance minimale, requise dans les formes de vie en public, a subi quelques dégradations, singulièrement saillantes avec l’écoute du rap en public.

Informée par les premiers développements de l’éthnométhodologie – dont la rupture épistémologique est à l’opposé de l’idée de coupure avec le sens commun -, l’enquête, d’abord empirique, s’inspire également des conceptions écologiques du milieu urbain et des pratiques d’écoute. Ces influences ne constituent pas des choix théoriques a priori, mais répondent d’abord à l’exigence de « ne pas perdre les phénomènes réels » en jeu. De ce point de vue, la question « qui écoute quoi et à partir de quelle position sociale ? » n’est pas une question pertinente en amont de la recherche, mais il arrive par contre qu’elle se pose en pratique. C’est particulièrement le cas lorsque la présence du hip-hop et la catégorie d’appartenance – sociale, générationnelle, voire raciale et identitaire – de ceux qui l’écoutent, sont produites comme des traits pertinents d’une situation.

Tandis que les textes des chansons polarisent régulièrement les controverses publiques et médiatiques à l’endroit du rap, les évaluations pratiques de son écoute en public en sont détachées. Certes, la réduction sociale-historique du rap français à ses textes et à ses rapports avec la banlieue préfigure largement l’expérience que l’on peut en faire, mais pour comprendre les situations publiques dans lesquelles la présence des musiques hip-hop (également et fréquemment américaines) est (une) prise, il est nécessaire de tenir compte de la normativité publique et des catégorisation sociales pratiques, des nouvelles formes de domestication de l’expérience musicale comme des modalités de présence de la musique dans la texture de l’expérience citadine. Ces dernières ont sans doute également à voir avec les formes musicales du hip hop, non pas comme entités esthétiques immuables, mais comme résultats des manières de les inventer et de les produire, des façons de les écouter et des habitudes d’écoute équipées. Parmi les qualités et propriétés ainsi acquises par les musiques hip-hop, leur caractère itératif ainsi que le volume sonore favorisé pour les goûter participent spécialement de leur potentiel public.

L’expérience du rap en public apparaît alors comme relativement singulière : soumise aux épreuves de la publicité ordinaire, elle ouvre un potentiel de disqualification morale au moins aussi puissant que les capacités d’agir, que les modes d’appariements électifs, d’institution d’un monde commun et d’expression de soi, qui l’orientent et qu’elle soutient.

Ce billet s’inscrit dans les actes numériques du colloque « Conçues pour durer ». Perspectives francophones sur les musiques hip-hop.