Archives de catégorie : Session 7 : Outils d’analyse

HipHopedia. Online Hip Hop Encyclopaedia

Sidy Seye est étudiant à Paris X, Webmaster, Archiviste, Traducteur et Street Team.

 

HipHopedia est un projet d’archivage numérique qui a pour but de préserver le patrimoine et la mémoire de la culture Hip Hop. La numérisation et la sauvegarde des différents médiums et supports socio-culturel est conservé sur des disques durs et compilé dans des fermes de serveurs à travers le monde accessible via une interface utilisateur en plusieurs langues (CMS Mediawiki/Wordpress + Telemeta + mod & customization HTML CSS PHP JAVA).

Le système est conçus en protocole extranet (open source & creative common) et vise un public de chercheurs, étudiants et documentaristes. L’accès “grand” public se fait uniquement à travers des bornes de consultation distribué dans les bibliothèques (dépôt, installation & support par HipHopedia). L’édition des connaissances acquises par ces archives se fera en plusieurs étapes (protocoles & standards) afin de pouvoir créer une “notice d’autorité” suffisamment efficace pour être reconnu et utilisable par tous.

La seconde partie du travail est de diffusé au plus grand nombre ces connaissances et collections via divers types d’édition pour les publics cibles:

  1. HipHopology (édition livre – audiobook – livre numérique)
  2. HipHopedia Radio http://radio.hiphopedia.org/ (F.M & Internet streaming audio/video & Mixtape & K7)
  3. HipHopedia Gallery (galerie d’art numérique & exposition)
  4. HipHopedia Newspaper & Streetblogger streetblogger.fr (magazine/revue numérique & journal papier)

La production et le financement de ce projet est entièrement fait par moi même actuellement et au lancement officiel du projet prévue pour Janvier 2020 j’espère avoir atteint l’ensemble de mes objectifs en ayant accès à une production divisé par deux (contributeurs 70% internes/30% externes) avec une politique et une pédagogie de formation à l’archivage, l’édition, et la diffusion de contenus. Dans le même temps j’espère également avoir obtenus les partenaires financiers privé et/ou mécénat pour faire grandir et maintenir HipHopedia au même niveau que les bibliothèques et archives numériques expertes dans leurs domaines.

Ma communication sur le projet englobera les sujets suivants:

  • Techniques & Services (Markup Language – Database – Datacenter – Web Protocols)
  • Content (collecte, numérisation & archivage)
  • Diffusion (numérique & physique)
  • Education (formation & workshop)
  • Reproduction du modèle (bibliothèque & encyclopédie numérique)

Ce billet s’inscrit dans les actes numériques du colloque « Conçues pour durer ». Perspectives francophones sur les musiques hip-hop.

Analyser la prosodie musicale du rap français à l’aide de l’outil informatique : de DJ Dee Nasty à MC Solaar (1984-1991)

Olivier Migliore est actuellement doctorant en quatrième année à l’université Paul-Valéry Montpellier III. Contractuel doctorant de 2012 à 2015, il obtient une collaboration avec l’Ircam et travaille en lien étroit avec les équipes « Analyse et synthèse des sons » et « Représentations Musicales ». Entre 2012 et 2014 il est élu représentant des doctorants de son laboratoire et de son école doctorale, enseigne en licence l’histoire des musiques populaires et intervient en Master dans le cadre de la préparation au CAPES externe de musique. En 2013, il crée la revue transdisciplinaire À l’épreuve qu’il dirige jusqu’en 2015.

 

Depuis son apparition, le rap interroge les présupposés méthodologiques des musicologues. En effet, l’absence de relations harmoniques et mélodiques entre la voix et les instruments, la vélocité des rythmes vocaux employés et l’absence de partition font de lui un objet musical qui résiste aux outils traditionnels de l’analyse musicale tels que la transcription ou l’analyse de la partition. De ce fait, les travaux existants se fondent davantage sur le texte (Christophe Rubin, Julien Barret, Isabelle Marc Martinez), sur le contexte social dans lequel cette musique émerge (Anthony Pecqueux, Karim Hammou, Gérome Guibert), sur sa dimension vocale selon des approches linguistiques (Daniela Rossi, Polina Chodakova), et sur son esthétique (Christian Béthune) que sur son matériau musico-littéraire.
Dans ce contexte, analyser la prosodie musicale conçue comme l’ensemble des règles concernant les rapports de quantité, d’accentuation et d’intensité entre les syllabes des paroles et les
temps de la mesure apparaît tout à fait approprié. Révéler la manière dont les rappeurs positionnent les syllabes de leurs paroles sur les temps de la mesure permettrait en effet de mettre en lumière les spécificités de leur flow, composante emblématique de cette performance vocale à dominance rythmique. C’est ce à quoi se sont entre autres attachés le musicologue Jean-Marie Jacono1 et la linguiste Daniela Rossi en proposant des relevés manuels du positionnement des syllabes sur les temps de la mesure.
Seulement le rap est une musique populaire enregistrée de tradition phonographique. Par conséquent, « l’analyste doit constamment avoir à l’esprit qu’il n’est pas confronté à l’enregistre me nt d’une œuvre musicale mais qu’il est confronté […] à l’œuvre elle-même3 », le contenu acoustique révélant à l’analyste l’écriture musico-littéraire de l’artiste. Il apparaît dès lors primordial de développer des méthodes en mesure d’extraire et d’analyser les paramètres de la prosodie musicale du rap à partir de l’enregistrement sonore. C’est dans cette optique que nous avons développé, en collaboration avec les équipes Analyse Synthèse des sons et Représentations Musicales de l’Ircam, une chaîne de traitement en mesure d’extraire, d’annoter et de représenter (partitions, graphiques, etc.), à partir de la réalité acoustique d’enregistrements de rap français des débuts, les relations rythmiques qu’entretiennent les syllabes des paroles et les temps de la mesure. Celle-ci nous permettra d’éprouver la prosodie musicale des premiers morceaux de DJ Dee Nasty, MC Solaar, NTM, Assassin et IAM.
Nous emploierons cette communication à présenter notre chaîne de traitement et à livrer les résultats de nos analyses. Nous défendrons l’hypothèse que les premiers rappeurs français procèdent d’une « attitude4 » de défiance à l’égard des systèmes linguistiques et musicaux. Nous montrerons que cette « attitude » s’immisce à tous les niveaux de la prosodie musicale. En révélant les relations spécifiques qu’entretiennent la voix et les instruments au sein du style tel qu’il est apparu pour la première fois au public français, nous espérons également montrer la nécessité de consacrer un champ de recherche aux mutations de la prosodie musicale du rap français.
1 JACONO, Jean-Marie, « Pour une analyse des chansons de rap », Musurgia, vol. V, n° 2, 1998, p. 65-75.
2 ROSSI, Daniela, « Le vers dans le rap français », Cahiers du Centre d’études métriques, (6), 2012.
3 JULIEN, Olivier, « L’analyse des musiques populaires enregistrées », dans Le Commentaire auditif de spécialité – Recherches et propositions, PISTONE, Danièle [dir.], Université Paris-Sorbonne, Observatoire Musical Français, série « Conférences et séminaires » (n° 37), 2008, p. 143.
4 BÉTHUNE,Christian, Pour une esthétique du rap, Paris, Klincksieck, 2004, p. 43-44.

Ce billet s’inscrit dans les actes numériques du colloque « Conçues pour durer ». Perspectives francophones sur les musiques hip-hop.

Vocal Grammatics : Une écriture pour le beatbox

Adrien Contesse est designer graphique et typographique et chercheur au sein de l’Esad d’Amiens (Ecole supérieure d’art et design). Andro a été champion de France de human beatbox en duo.

 

Le beatbox est issu de la culture hip-hop. Cette discipline vocale voit le jour à la fin des années 70, elle permet
de produire des séquences rythmiques sans utiliser d’instruments de musique. Orientée à ses débuts sur le mimétisme instrumental, la pratique du beatbox évolue au fil du temps et devient un art musical singulier aux tonalités vocales très diversifiées.

Longtemps cette pratique est le domaine réservé d’une poignée de virtuoses qui ne communiquent pas leurs savoirs. Mais dans les années 2000 des beatboxers souhaitent démocratiser la discipline et mettent en ligne des tutoriels afin de donner les clés de compréhension de la production du son. Malgré cela, l’apprentissage du beatbox reste très laborieux. La production sonore fait appel en majorité à des organes phonatoires internes. Dans ces conditions,

il est difficile pour le beatboxer d’avoir une représentation mentale de sa performance. C’est pourquoi plusieurs tentatives de création d’un système d’écriture sont menées, mais sans qu’aucune n’apporte de réponse pleinement satisfaisante.

La méthode sur laquelle je travaille depuis 18 mois, analyse la production du son à partir de deux paramètres fondamentaux : le lieu où il est produit, et la façon dont il est produit. Ces données, représentées par des sous-graphies, sont combinées entre elles et forment des caractères composés. Avec l’appoint de signes complémentaires et de signes rythmiques, ce système modulaire permet de retranscrire l’intégralité la production vocale humaine avec un vocabulaire formel réduit. De plus, tout utilisateur connaissant les sous-graphies est en capacité de déchiffrer un signe inconnu et aussi de coder une technique vocale inédite. Les signes de point d’articulation sont morphographiques. Chaque organe de la phonation possède un signe s’il est fixe, des déclinaisons s’il est mobile. Cette correspondance directe, entre signe et organe de production du son, facilite l’apprentissage et favorise la lecture.

Pour aider à la compréhension du système, une application pédagogique interactive est en cours d’élaboration. Une version alpha a été réalisée pour permettre de tester les première fonctionnalités. Celle-ci permet aux utilisateurs de se familiariser avec la valeur des différents signes et avec la manière de les composer. L’application offre aussi
la possibilité de découvrir les techniques vocales des beatboxers grâce à un répertoire, où chaque signe est mis
en correspondance avec son résultat sonore. De plus, elle propose une initiation à l’écriture grâce à un composeur de signes. Cet outil permet d’explorer toutes les combinaisons articulatoires possibles. Ces combinaisons sont écoutables lorsqu’elles ont été répertoriées, et enregistrables lorsqu’elles sont inconnues. Cette fonctionnalité permet à chacun d’agrandir le répertoire commun en soumettant ses propres caractères composés.

Le fonctionnement général du système d’écriture a été vérifié et validé par des professionnels de la linguistique,
du beatbox et de la typographie. Lors de ces collaboration, des améliorations ont été identifiées. Actuellement, le système

est en phase de test approfondi auprès de beatboxers professionnels. Un corpus de techniques vocales est en train
de voir le jour ( plus d’une centaine de techniques recensée et enregistrée ). Chaque session d’enregistrement
est filmée et accompagnée d’un questionnaire détaillé analysant l’appréciation du beatboxer sur sa production vocale et son utilisation du système d’écriture. L’étude de ces ressources, qui sera effectuée dans le cadre de collaborations transdisciplinaires ( linguistique, création typographique, beatbox ), a pour objectif de mettre au point une version révisée du système d’écriture.

Lorsque le système sera entièrement stabilisé, les outils de l’application seront étoffés. Cela concerne la création d’un outil didactique interactif, l’intégration d’un enregistreur de sons, d’un outil de composition de séquence, d’une sonothèque, d’un répertoire personnel et l’ajout d’applications ludiques. L’ensemble de ces évolutions qui sont en cours de spécification permettront le développement d’une version bêta, pour un test public.

L’enjeu de ce projet est de mettre au point un outil complet au service de l’ensemble des beatboxers, avec comme objectifs de :

• Inciter le grand public à découvrir l’histoire et l’univers musical du beatbox
• Permettre aux néophytes d’apprendre des techniques vocales étonnantes
• Donner aux beatboxers chevronnés la possibilité de se perfectionner et de partager leurs savoirs.
• Doter le beatbox d’un outil ( écriture et application ) permettant l’évolution de la pratique

Ce billet s’inscrit dans les actes numériques du colloque « Conçues pour durer ». Perspectives francophones sur les musiques hip-hop.