Les débuts de la scène musicale hip-hop nantaise (1997-2001)

Gérôme Guibert est enseignant chercheur, maitre de conférences en sociologie à l’université Paris 3 Sorbonne Nouvelle depuis 2009. Durant plus de dix ans, il a effectué de nombreuses enquêtes de terrain en tant que sociologue indépendant dans les mondes de la musique, principalement dans l’ouest de la France. Il travaille sur la notion de « scène locale » depuis le début des années 2000, et a publié de nombreux articles et chapitres d’ouvrages sur la question.

Télécharger le diaporama associé à la présentation (*.pptx)

Le tournant du siècle, constitue, à Nantes comme ailleurs sur le territoire français (en dehors de quelques endroits comme Paris et Marseille), une période de formation ou de consolidation des activités musicales hip hop autour du rap principalement mais aussi du DJing. Œuvrant dans le contexte de cette dynamique d’affirmation du hip hop, on peut mentionner en premier lieu un évènement, le festival Energ’hip hop, qui tire la dynamique nantaise. Il perdurera durant six éditions, de 1997 et 2002. Cofondé à la fois par des acteurs locaux du social, de la culture et des associations impliquées dans le mouvement hip hop, ce festival permettra d’établir de nombreuses connections entre rappeurs internationaux mais aussi régionaux (ce qu’on appelait « le hip hop de l’West », issu du triangle Angers-Rennes-Nantes) et locaux. On peut mentionner ici les collectifs ou possee du Boo Des Lands (Nord de Nantes), 44e Régiment (quartier Malakoff au Sud-Est de Nantes) ou Rapacité (Dervallières, à l’Ouest). Cette communication se déroulera en deux temps. Elle commencera par décrire les principaux axes du hip hop nantais en émergence sur la période concernée au tournant du XXème siècle. Pour cela, Nous nous servirons des nombreuses archives personnelles et données de terrains. Puis dans un second temps, on se focalisera sur le parcours de 20 syl, rappeur au sein du groupe HocusPocus (dont la première démo fut édité en 1997) et membre du collectif de DJs Coups de Cross (puis C2C) deux projets qui atteindront un niveau international dans les années 2000. On mettra en avant les connexions existantes entre 20syl (à la fois rappeur, DJ et producteur) et les divers acteurs de la scène nantaise, le but étant de jauger leur importance dans la reconnaissance croissante du musicien.
Ce billet s’inscrit dans les actes numériques du colloque « Conçues pour durer ». Perspectives francophones sur les musiques hip-hop.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *