Pratiques circulatoires d’artistes de rap sénégalais : la construction d’une scène musicale locale

Cécile Navarro est doctorante en anthropologie à l’Institut des Sciences Sociales des Religions Contemporaines, Université de Lausanne (Suisse), lauréate d’une bourse d’excellence doc.ch du FNS (Fonds national pour la recherche scientifique suisse). Son projet de thèse porte sur les mouvements circulatoires des artistes de rap sénégalais entre Dakar, l’Europe et les Etats-Unis, espaces de flux migratoires anciens et nouveaux mais aussi espaces imaginaires de réussite, pour comprendre le rôle des mobilités dans la construction des pratiques culturelles et leurs transformations.

 

La signature de groupes de rap sénégalais avec des majors internationales au début des années 2000, la migration de nombreux rappeurs sénégalais à l’étranger ainsi qu’une construction d’une économie musicale de plus en plus dépendante du marché international (Mbaye, 2011) posent le constat de l’éclatement du terrain musical étudié. Le projet de thèse cherche ainsi à comprendre de quelle façon ces dynamiques de distanciation de nombreux rappeurs avec le territoire sénégalais modifient la construction de ce genre musical et son ancrage dans le local. A partir du point de vue des artistes étudiés, dont il s’agit de restituer les logiques propres et marges de manœuvre (Kiwan et Meinhof, 2011) ainsi que leur « parcours » (Le Menestrel, 2013) entre plusieurs espaces de circulation, saisis par des terrains multisitués (Marcus, 1995), il apparaît qu’ancrage local et déterritorialisation, loin d’être deux phénomènes opposés, peuvent se renforcer l’un l’autre). Ces « parcours », multiples, montrent comment les expériences de mobilité interviennent dans la conception que les artistes se font de la scène musicale locale et les efforts entrepris pour modifier ou consolider cette scène. Le parcours et le discours de Waterflow sur lequel s’attarde la communication nous montre une des façons dont ces artistes réconcilient appartenance au territoire, recours à la mobilité comme source d’opportunités artistiques/professionnelles et rattachement à un « esprit Hip Hop » qualifié d’universel.

Ce billet s’inscrit dans les actes numériques du colloque « Conçues pour durer ». Perspectives francophones sur les musiques hip-hop.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *