This is a journey into sound : envisager le sampling comme un langage musical propre

Maxence Déon est professeur d’éducation musicale dans l’Académie de créteil et agregé de musicologie.

Il est aisé d’envisager le sampling dans la musique hip-hop comme un procédé intertextuel, d’autant que les textes des rappeurs usent de l’intertextualité avec enthousiasme. Toutefois, l’analyse de cette pratique compositionnelle montre rapidement que nombreux sont les cas où l’intertextualité semble complètement absente. Nous voulons donc dans cette communication faire apparaître d’autres enjeux de cette pratique : le sampling comme outil stylistique propre – et pas simplement par opposition avec la composition hip-hop sans samples – ainsi que comme outil esthétique. L’analyse musicale de plusieurs morceaux d’un même artiste (à l’échelle d’un album ou d’une discographie complète) permet de démontrer le premier de ces deux enjeux : en général, le choix et l’utilisation des samples par les producteurs hip-hop n’est pas guidé par une volonté intertextuelle mais bien par une ambition stylistique et proprement musicale. En continuant l’analyse, on découvre également les enjeux esthétiques du sampling : en tant que pratique expérimentale, et souvent ludique (les musiciens hip-hop jouent avec les samples), le sampling permet d’obtenir un grain, des compositions, des structures formelles, mélodiques ou harmoniques qui lui sont propres, voire de créer ou de modifier certains idiomes compositionnels. L’enjeu de l’analyse du sampling envisagé comme un langage musical et pas seulement comme un emprunt n’est pas des moindres, puisqu’il permet de penser le hip-hop comme un genre musical, indépendamment du texte ou du sens, et (enfin ?) les « producteurs » comme des compositeurs.

Ce billet s’inscrit dans les actes numériques du colloque « Conçues pour durer ». Perspectives francophones sur les musiques hip-hop.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *