Le sens des contrastes sonores et musicaux dans les productions de rap de Marseille

Jean-Marie Jacono est maître de conférences en musicologie à l’université d’Aix- Marseille. Il y enseigne la sociologie de la musique, l’analyse des musiques populaires modernes et l’histoire et l’analyse de la musique du XIXe siècle. Il travaille sur l’analyse des productions de rap depuis plus de vingt ans, comme en témoigne la liste de ses publications (cf. ci-après). Il vient de publier par ailleurs l’ouvrage suivant (dir., avec Lionel Pons) : Henri Tomasi – du lyrisme méditerranéen à la conscience révoltée, Aix-en- Provence, Presses universitaires de Provence, 2015, 564 p.

Les dimensions musicales et sonores dans le rap ont bien entendu une relation étroite avec la scansion d’un texte poétique. Elles sont en général en accord avec la signification des paroles. Un rythme, un tempo, des samples et un son conséquents sont de règle pour un texte mettant en valeur le rappeur/la rappeuse ou dénonçant les injustices de la vie sociale. Les productions de rap présentent au sein d’un album des titres qui contrastent par bien des moyens avec d’autres et sont structurés différemment. Ces éléments semblent avant tout destinés à favoriser l’écoute des auditeurs. On peut pourtant s’interroger sur le sens de tels contrastes, après avoir établi une typologie. Quelle est leur importance dans la production des rappeurs ? S’agit-il simplement d’éléments vocaux ou sonores qui prennent place dans le cadre d’un discours ? Est-il possible d’y voir la marque d’un lieu offrant des situations contrastées ? Le corpus d’étude sera déterminé par les principales productions des groupes de Marseille depuis l’apparition d’IAM (1989). Marseille est caractérisée par des oppositions majeures, géographiques et sociales. Quels types de contrastes sont présents dans le rap marseillais ? Dans quelle mesure ces oppositions sonores et musicales sont-elles en rapport avec la situation de la ville ? Les profondes crises économique, sociale, urbaine et politique de cette ville au taux de pauvreté impressionnant (23 %) pèsent d’une manière ou d’une autre sur l’imaginaire des créateurs des musiques hip-hop.

Ce billet s’inscrit dans les actes numériques du colloque « Conçues pour durer ». Perspectives francophones sur les musiques hip-hop.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *