Hip-Hop lillois et pouvoirs publics : la difficile mise en œuvre du centre euro-régional des cultures urbaines (le Flow)

Vincent Becquet est doctorant en sciences politiques à l’Université de Droit et de Santé de Lille (Lille 2), Ceraps, Umr 8026.

 

A Lille, le Flow a ouvert ses portes en octobre 2014. Des studios, des salles de danses, un espace dédié à l’art mural, un centre de ressource et une salle de concert sont mis à disposition des acteurs qui souhaitent bénéficier de soutien logistique, matériel et humain. Pourtant, l’observation de la mise en œuvre de l’équipement fait apparaître « un retard à l’allumage ». De l’élue à la culture au pratiquant lambda en passant par l’équipe dirigeante, si toutes et tous se positionnent et produisent un discours à l’endroit de l’équipement, les enthousiasmes ne sont pas légions. Dit autrement, il semble que l’ambition du Flow à devenir la vitrine des talents régionaux et le lieu de rencontre des acteurs soit mise en berne. L’intention ici n’est pas de présenter la chronique d’un échec mais plutôt de mobiliser l’aventure lilloise pour discuter des modalités d’institutionnalisation et d’encadrement des pratiques Hip-hop par les pouvoirs publics dans un contexte de reconfiguration des politiques culturelles municipales. Dès lors, trois questions simples viendront nourrir la réflexion : Comment expliquer la création du Flow à Lille ? Quels sont les acteurs qui ont participé à l’élaboration et la mise en place du projet ? Quels effets peut-on repérer sur les formes prises par le Hip-hop métropolitain ?

Ce billet s’inscrit dans les actes numériques du colloque « Conçues pour durer ». Perspectives francophones sur les musiques hip-hop.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *