La musique urbaine camerounaise à l’épreuve de l’économie informelle de la culture : logiques socio-économiques et pratiques professionnelles des musiciens

Nicanor Tatchim est doctorant en Sciences de l’Information et de la Communication Université Paris-Est Créteil – Céditec (EA 3119)

 

L’industrie musicale camerounaise a une double dimension formelle et informelle. Ces deux économies – officielle et souterraine -, se confrontent en se soutenant (Misse ; Madiba, 2013). Cette coopétion donne à voir des interactions entre des acteurs légaux, agrées par le ministère de la culture, et des acteurs illégaux, au cœur d’une organisation informelle de (re)production, de distribution et de commercialisation des disques. Dans ce contexte, l’artiste se retrouve pris dans un étau : d’un coté des labels indépendants, qui, pour ne pas complètement perdre le contrôle du marché de la musique, doivent entrer en connivence avec les acteurs du marché parallèle et illégal, et, de l’autre coté, des pouvoirs publics qui peinent à mettre en application la loi contre la piraterie dans sa dimension la plus répressive vu le climat social tendu et leur incapacité à proposer des emplois décents aux jeunes dans une économie où le secteur informel est le plus grand pourvoyeur d’emplois avec 80℅ des emplois crées depuis 1990. En outre, dans un environnement marqué par une production musicale foisonnante et diversifiée, les acteurs de la musique urbaine doivent innover pour se faire une place. L’innovation ici se fait non pas forcément sur le plan artistique, mais plutôt dans la production musicale entant que projet entrepreneurial. Cette recherche tente de rendre intelligible, dans une approche socio-économique, les logiques à l’œuvre, ainsi que les pratiques professionnelles des musiciens du hip-hop, du hip-Makossa, du Kwatt’n’B – variétés locales de la musique urbaine. Elle remet en cause l’idée selon laquelle la production musicale obéit à un processus de transformation allant du studio-atelier aux rayons des boutiques spécialisées. Elle montre que le travail artistique au Cameroun regroupe une catégorie d’acteurs qui va de l’artiste-musicien au vendeur à la sauvette ou à l’étalage ; un même acteur pouvant se retrouver, des fois, à toutes les étapes de la chaine. Au-delà, cette recherche rend compte d’un marché des produits culturels déstructuré et informalisé, où le « piraté » peut se vendre au prix de l’original, et où des labels peuvent pirater leurs propres productions.

Ce billet s’inscrit dans les actes numériques du colloque « Conçues pour durer ». Perspectives francophones sur les musiques hip-hop.


Une réflexion au sujet de « La musique urbaine camerounaise à l’épreuve de l’économie informelle de la culture : logiques socio-économiques et pratiques professionnelles des musiciens »

  1. Bonjour Tachim. C’est une cadette académique à toi . Je suis à l’Université de Douala et je travaille aussi sur la musique. J’aimerais beaucoup collaborer avec toi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *