« Faire du rap de » – Analyse du lexique d’autodéfinition du rap

Corentin Roquebert est doctorant à l’ENS de Lyon (centre Max Weber) où il prépare une thèse sur l’espace social des catégories profanes de perception du monde social sous la direction de Bernard Lahire. Il est également co-animateur d’un blog hypothèses « Nychtémères » qui vise à « mesurer la contemporanéité du rap ».

 

Cette communication s’inscrit dans un projet de compréhension du rôle que joue l’emploi de catégories de perception du monde social pour « fixer » celui-ci. On s’interrogera sur la manière dont l’espace du rap (français), considéré comme traversé par des luttes de classement, est organisé discursivement : comment ses acteurs, dans leurs textes, identifient leur pratique par rapport à d’autres ? De quelles manières les acteurs du rap se classent, notamment par rapport aux différentes catégorisations profanes du rap (« commercial » vs « underground », etc.) ? Les critères qui distinguent « son » rap des autres sont-ils internes (critères formelles ou esthétiques) ou en relation avec d’autres champs (critères liés à des rapports sociaux) ? Le corpus d’étude est ainsi constitué à partir des occurrences d’un ensemble d’expressions désignant un type de rap (« conscient », « hardcore », « de blanc », etc.). Dans un premier temps, nous procéderons à une analyse lexicométrique, afin de cartographier un espace du rap via l’usage de ces catégories réflexives. Nous complèterons cet examen par une étude de réseau, par le biais des featuring, pour voir si des rappeurs qui utilisent des expressions proches ou identiques (en termes de schèmes de perception), ont des liens entre eux. D’autre part, nous complèterons cette approche par une analyse plus précise de différents morceaux et de la manière dont ils mettent en scène discursivement une opposition entre « leur » rap et les « autres ». Un détour par les interviews des artistes servira en complément, pour voir notamment ce qui est propre au discours « rappée ».

Ce billet s’inscrit dans les actes numériques du colloque « Conçues pour durer ». Perspectives francophones sur les musiques hip-hop.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *