Le rap comme nouvelle forme de cynisme. Quatre chiennes de plume : Booba, Casey, Fuzati, Vîrus

Benoît Dufau est Doctorant en langue française (stylistique) à Paris-IV Sorbonne et co-organisateur du séminaire « La Plume & le Bitume » à l’ENS Ulm.

 

« Mon franc-parler emmerde les plus belles formes de rhétorique. » (Fayçal, « Rapsodies », Secrets de l’oubli, 2009). Ce franc-parler du rappeur qui bat en brèche langue de bois et langue morte, l’article de K. Hammou, « La vérité au risque de la violence. Remarques sur la stylistique du rap en français », en a fait, dans le sillage de M. Foucault, « un jeu sur la parrêsia ». Parrêsia est un mot grec que l’on pourrait traduire par franc-parler : c’est la manifestation de la vérité au risque de la violence. Depuis ont été publiés en 2009 les cours de Foucault au Collège de France sur Le courage de la vérité qui font de la philosophie cynique telle qu’elle a été pratiquée par Diogène de Sinope et ses disciples un cas exemplaire de parrêsia. Or le cynisme, selon Foucault, « n’est pas simplement, comme on l’imagine souvent, une figure un peu particulière, singulière et finalement oubliée dans la philosophie ancienne, mais une catégorie historique traversant, sous des formes diverses, avec des objectifs variés, toute l’histoire occidentale » (Foucault, 2009 : 161). Nous souhaitons poser à nouveaux frais la question de la parrêsia pour comprendre à la lumière de ces cours et du cynisme comme catégorie transhistorique la puissance de vérité et de scandale à l’œuvre chez des rappeurs — en l’occurrence Booba, Casey, Fuzati et Vîrus — dont l’ambition affichée est de dépasser le cadre du simple « jeu sur la parrêsia » : « Quand je prends la parole, ça n’est plus un jeu », voilà qui pourrait être leur credo (Assassin, « La formule secrète », Rapattitude, 1990 ; samplé par Daddy Lord C, « Plus le temps de jouer », Le vrai hip-hop, 1996).
Notre thèse est la suivante : s’il y a bien un cynisme transhistorique dont l’art a pu être le véhicule privilégié au XIXe siècle (Foucault, 2009 : 173), le cynisme trouve aujourd’hui dans le rap sa nouvelle et plus éclatante manifestation. Rien d’étonnant donc à ce que le rap soit le lieu des mêmes conflits et contradictions que le cynisme historique (les problèmes de la liberté de parole, de la marginalité, de l’authenticité, de l’argent, de l’agressivité, de l’obscénité…). Ainsi reproche-t-on souvent aux rappeurs leur « cynisme » (l’un d’entre eux se fait même appeler Sinik). Certes, ce « cynisme » au sens moderne du mot n’est pas celui de Diogène, il en semble plutôt l’exact opposé ; mais contre cette opposition trop tranchée d’« un cynisme à valeur positive, qui serait le cynisme ancien » et d’un « à valeur négative qui serait le cynisme moderne », Foucault rappelle que « le cynisme, même dans sa forme antique, a toujours été considéré, perçu dans la culture ancienne avec une très forte ambiguïté » (Foucault, 2009 : 165). Cynique était d’abord une insulte : « chien » . Cette « ambiguïté » dans la perception et la réception, le rap la reconduit par les polémiques à répétition que l’on connaît. Inscrire les rappeurs aux « vies d’chien » dans une lignée cynique, c’est écouter la vérité scandaleuse qui est en jeu. C’est prendre au sérieux la scénographie et la stylisation de la vérité sans la réduire aux artifices d’une mise en scène ou à un jeu rhétorique inoffensif : c’est comprendre la subversion qui peut être à l’œuvre à l’intérieur même de « formes extrêmement précises et codées » (Foucault, 2009 : 157) et l’articulation d’une manière de dire avec une manière de vivre .
Nous adopterons une approche à mi-chemin entre la philosophie et la stylistique en nous concentrant sur un corpus de quatre rappeurs (Booba, Casey, Fuzati, Vîrus) dont nous analyserons le rapport à la vérité, à la langue, au corps, à l’animalité et au scandale — thématiques que le cynisme lie étroitement les unes aux autres — pour cerner ce qui fait d’eux, mais aussi de bien d’autres rappeurs, des cyniques d’un genre nouveau. On distinguera bien sûr les différentes formes de cynisme qui leur sont propres pour ne pas tomber dans le piège de l’uniformisation. On accordera une attention toute particulière à la façon dont ces rappeurs jouent avec les mots, car le jeu de mots, notamment la paronomase et la syllepse, était le procédé stylistique majeur du cynisme ancien, preuve qu’il ne s’agissait pas d’un simple jeu. Jouer avec les mots peut être sérieux et dangereux. Comme les rappeurs, les cyniques « ont su faire un usage original des mots, en pratiquant l’humour et en maniant la saillie percutante ou le jeu de mots aux multiples résonances ».
L’enjeu est de voir comment cette filiation cynique fait aujourd’hui du rap le « lieu d’irruption de l’en-dessous, de l’en-bas, de ce qui, dans une culture, n’a pas droit, ou du moins n’a pas la possibilité d’expression » (Foucault, 2009 : 173).

Bibliographie

  • Le Cynisme ancien et ses prolongements. Actes du colloque international du CNRS (Paris, 22-25 juillet 1991), publiés sous la direction de M.-O. Goulet-Cazé et R. Goulet, Paris, Presses Universitaires de France, 1993.
  • BÉTHUNE Christian (2003), Le rap : une esthétique hors la loi, Paris, Autrement.
  • — (2004), Pour une esthétique du rap, Paris, Klincksieck.
  • — (2011), « Le hip hop : une expression mineure », Volume !, 8 : 2, http://volume.revues.org/2728
  • FOUCAULT Michel (2009), Le Courage de la vérité, Gallimard / Seuil.
  • HAMMOU Karim (2008), « La vérité au risque de la violence. Remarques sur la stylistique du rap en français », De l’impolitesse à la violence verbale, L’Harmattan, p. 203-222.
  • — (2012), Une histoire du rap en France, La Découverte.
  • LOUETTE Jean-François (2011), Chiens de plume. Du cynisme dans la littérature française du XXe siècle, La Baconnière.
  • RANCIÈRE Jacques (1995), La Mésentente, Paris, Galilée.
  • RAVIER Thomas (2003), « Booba ou le démon des images », La Nouvelle Revue Française, Gallimard, n° 567, p. 37-56.
  • RUBIN Christophe (2012), « Configurations rythmiques et progression textuelle dans un extrait d’un rap de Casey », Revue de fixxion contemporaine, n. 5, p. 106-116.
  • SORMAN Joy (2007), Du Bruit, Paris, Gallimard.

Ce billet s’inscrit dans les actes numériques du colloque « Conçues pour durer ». Perspectives francophones sur les musiques hip-hop.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *