Du je-rappeur au on-humain : de l’altérité à soi pour « faire collectif »

Marine Kneubühler est doctorante en cotutelle à l’Université de Lausanne et Télécom ParisTech. Elle dispose d’une Maîtrise universitaire en sciences sociales pour laquelle elle a reçu en 2012 le prix de Faculté des sciences sociales et politiques de l’Université de Lausanne. Son mémoire de maîtrise, dirigé par Laurence Kaufmann, s’intitule Vers une définition nouvelle du politique. Le rap suisse romand, un média “alternatif” et “minoritaire” contribuant à l’élaboration d’un espace public oppositionnel. De 2011 à 2016, elle occupe à l’Université de Lausanne un poste d’assistante diplômée et encadre des cours et séminaires parallèlement à la réalisation de sa thèse. Son projet porte sur les articulations possibles entre l’expérience phénoménologique en première personne du singulier et l’expérience collective et publique en Nous, potentiellement politique, à partir d’une enquête menée sur le rap suisse romand et le suivi d’un rappeur en particulier. En 2016, elle obtient une bourse du Fonds national suisse de la recherche scientifique lui permettant de parfaire cette thèse dans des centres prestigieux à l’étranger. Début 2017 est paru un chapitre de sa thèse portant sur l’expérience musicale de création à partir de l’analyse vidéo de LK, un rappeur romand, qui s’est filmé pour les besoins de l’enquête en train de rédiger un couplet pour son collectif hip-hop Les Uns : Kneubühler, M., « Déborder l’expérience pour laisser une trace. Vidéophénoménographie d’un rappeur », In Haug, B., Torterat, G. & Jabiot, I. Des instants et des jours. Observer et décrire l’existence, Paris, Pétra, pp.147-242, 2017.

 

 

Le point de départ de mes réflexions s’inscrit dans un programme de recherche qui tente d’éclairer les modalités de constitution et de maintenance des collectivités humaines. Comme le signale L. Kaufmann et D. Trom, il s’agit de compléter l’enquête, classique en sciences sociales, sur les institutions et les structures sociales, par une enquête qui se penche sur les « multiples modes d’assemblement interindividuel »1. Un tel glissement épistémologique permet notamment d’envisager les êtres collectifs non plus comme des êtres a priori substantiels mais plutôt comme les points d’arrivée de procédures à explorer et documenter. En suivant le chemin tracé par L. Kaufmann, mon objectif consiste plus précisément à réunir dans un même mouvement les réflexions sur la nature des collectifs, les travaux sur le rôle des médias dans la constitution des collectifs modernes et les théories de l’espace public2. Cette démarche ouvre un programme que je décline en deux temps : dans un premier temps, la tâche consiste à partir d’une enquête empirique afin de produire une description des collectifs observés ; dans un deuxième temps, il s’agit d’adopter un regard critique sur le caractère potentiellement politique de ces collectifs.
C’est dans ce cadre que j’ai choisi le rap suisse romand comme terrain d’enquête. Le rap comme objet me permet d’opérer une succession de déplacements du regard et d’éclairer à nouveau frais les procédures et moyens de communication utilisés pour « faire collectif », sans oublier les subjectivités humaines qui sont à leur principe. En effet, le rap permet d’explorer des formes de prise de parole publique plus minoritaires que celles étudiées habituellement dans ce contexte mais qui s’adressent tout autant à d’autres à distance dans le but de partager des opinions, voire des soucis sur le monde. Ainsi, le rap nous détache d’un « médiacentrisme qui ferait des grands médias traditionnels et généralistes les seuls modes d’accès à l’espace public »3. Les études sur le rap francophone étant presque exclusivement centrées sur le rap français, j’ai concentré mon enquête sur le rap suisse romand. Un deuxième déplacement m’a amené à quitter un corpus de chansons immédiatement politiques4 – en l’occurrence, qui s’opposaient à un parti d’extrême droite suisse – pour m’intéresser à un corpus beaucoup plus représentatif de ce qui se fait en Suisse romande, à savoir un corpus composé de chansons qui relèvent de ce que A. Pecqueux nomme l’« auto-ironie » – regroupant « les moments où les rappeurs s’adressent à l’auditeur pour parler d’eux-mêmes, de ce qu’ils font et de qu’ils lui disent en rap »5. Dans la mesure où, selon mes observations, ce type de texte s’attache à rendre publique une expérience phénoménologique vécue, j’ai décidé d’opérer un dernier déplacement en embrayant mon enquête par l’analyse du moment de création d’un couplet par un rappeur en quittant pour un temps l’œuvre elle-même et sa circulation.
Il m’a alors été possible d’approcher la dimension proprement phénoménale du Je-rappeur si présent dans le rap en engageant une collaboration étroite avec LK qui s’est filmé pour ma recherche. Après une analyse minutieuse de cette vidéo, le travail d’écriture qui se présentait de prime abord comme une activité en solitaire s’est révélée n’être solitaire qu’en apparence. En effet, l’expérience musicale et corporelle du rappeur nous entraîne à appréhender différentes modalités d’existence des collectifs. Son corps et ses mouvements tout d’abord – qui incarnent l’attitude des auditeurs de rap lorsqu’il se relit et l’attitude du rappeur sur scène lorsqu’il effectue des essais de scansion – tracent les contours d’un nous incorporé « préréflexif et prélinguistique »6. Le graffiti présent dans le local dessinant les lettres du collectif Les Uns – et faisant système avec plus d’une centaine de graffitis du collectif dans les villes suisses – permet de nous interroger sur la matérialité des collectivités grâce à l’écriture et leurs effets sur les ambiances urbaines7. Enfin, le couplet en train d’advenir permet de se pencher sur les collectifs de référence qui seront proposés dans une chanson, intitulée « Peur de moi », qui circulera dans l’espace public et ouvrira une place à une troisième personne, l’auditeur.
Pour cette communication, j’aimerais me focaliser sur le suivi de cette chanson en particulier, en partant de la création du couplet de LK jusqu’à sa publicisation en groupe, afin de montrer comment nous pouvons dégager concrètement des processus de collectivisation. Pour ce faire, je proposerai une analyse dite énonciative du texte suivant laquelle un énoncé est toujours inséré dans un cadrage énonciatif contraignant qui lui donne du sens. L’analyse énonciative permet de dégager des positionnements vis-à-vis de « ce dont on parle » partant du principe que toute prise de parole publique est composée d’un « énonciateur » prenant en charge un « monde possible » pour un « destinataire implicite » appelé à se joindre à celui qui parle : une configuration triadique qui tend vers des « dispositifs d’action collective »8. Suivant cette perspective, une attention particulière doit être accordée aux pronoms personnels qui se situent typiquement sur le plan de l’énonciation : « ainsi “je” est une expression “vide” […] qui ne se remplit qu’au moment où on l’utilise »9. Les pronoms permettent aussi de dégager des « trajets énonciatifs »10 importants. Je montrerai que le couplet « Peur de moi », plutôt que de thématiser un rapport d’altérité à l’autre, renvoie à l’altérité que chacun entretient avec soi-même. Ainsi, LK fait parler un collectif, impersonnel mais à prétention universelle, auquel il appartient en décrivant une commune condition existentielle et le potentiel de dédoublement d’un humain réalisant qu’il est son propre ennemi. De manière fort intéressante, cette altération à soi, LK en fait aussi l’expérience d’au moins deux manières hors du texte : au sein de l’enquête en s’auto-observant à mes côtés sur la vidéo lors de l’entretien d’explicitation que nous avons réalisé ensemble ; mais aussi au sein de l’autoréflexivité déployée au cœur même du geste créatif qui crée une distance interrogative à soi par le biais de l’écriture. En définitive, il s’agira de voir comment cette altérité à soi-même dans le rap permettrait de retrouver de manière inattendue et sous plusieurs aspects une dimension collective et, potentiellement, une forme de politique ordinaire.

1 KAUFMANN, L. & TROM, D., 2010, « Présentation », In L. KAUFMANN & D.TROM (éds.), Qu’est-ce qu’un collectif ? Du commun à la politique, Paris, EHESS, Raisons pratiques 20, p.9.
2 KAUFMANN, L., 2010, « Faire “collectif” : de la constitution à la maintenance », In L. KAUFMANN & D.TROM (éds.), Qu’est-ce qu’un collectif ? Du commun à la politique, Paris, EHESS, Raisons pratiques 20, p.331-372.
3 KRIEG-PLANQUE, A., 2009, La notion de “formule” en analyse du discours. Cadre théorique et méthodologique, Besançon, Presses Universitaires de Franche-Comté, p.121.
4 Un type de corpus parfois privilégié, voir par exemple : SONNETTE, M., 2014, « Des mises en scènes du “Nous” contre le “Eux” dans le rap français », Sociologie de l’Art, vol.2 (OPuS 23 et 24), p.153-177.
5 PECQUEUX, A., 2007, Voix du rap. Essai de sociologie de l’action musicale, Paris, L’Harmattan, p.109.
6 Sur la dimension préféflexive et prélinguistique du Self en phénoménologie voir ZAHAVI, D., 2014, Self and Other : Exploring Subjectivity, Empathy, and Shame, Oxford, Oxford University Press.
7 Sur la question des ambiances, voir THIBAUD, J.-P., 2015, Éprouver la ville en passant. En quête d’ambiance, MetisPress, Collection vuesDensembleEssais.
8 WIDMER, J., 1999, « Notes à propos de l’analyse de discours comme sociologie. La mémoire collective d’un lectorat », Recherches en communication, 12, p.196-207.
9 VERON, E., 1983, « Quand lire, c’est faire : l’énonciation dans le discours de la presse écrite », Sémiotique II, Paris, Publication de l’Institut de Recherches et d’Études Publicitaires, p.35.
10 PECQUEUX, A, op.cit.

Ce billet s’inscrit dans les actes numériques du colloque « Conçues pour durer ». Perspectives francophones sur les musiques hip-hop.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *