Des masculinités ethnoracialisées. Rappeurs et rappeuses dans Le Monde, Libération et le Figaro (2000-2014).

Marion Dalibert est maitre de conférences au département Culture et au laboratoire GERiiCO de l’Université de Lille. Son travail, qui porte sur la construction de l’identité nationale française dans les médias d’information généraliste, interroge notamment l’accès aux espaces publics des groupes sociaux et la médiatisation du racisme, du sexisme et de l’homophobie. Elle a par exemple publié « Le marquage socio-discursif de la race par le genre. Les « roms », les Tunisiens, les Ukrainiens et les habitants des banlieues françaises dans les médias », in Revue française des sciences de l’information et de la communication (RFSIC) [en ligne], n°4, [http://rfsic.revues.org/743], 2014.

 

Nous nous proposons d’analyser la médiatisation du rap dans la presse nationale généraliste dite « de référence » (le Figaro, le Monde, Libération), de janvier 2000 à décembre 2014 afin, d’une part, de repérer l’évolution des « cadrages médiatiques » (Gamson & Modigliani, 1989) utilisés par les journalistes pour rendre compte de ce genre musical et, d’autre part, d’analyser les représentations des rappeuses et rappeurs les plus visibles, et ce dans une perspective intersectionnelle, c’est-à-dire en croisant la dimension du genre, de la race, de la sexualité ou encore de la classe sociale (Crenshaw, 2005).

Notre travail, qui se situe dans une perspective constructiviste d’analyse de discours, se base sur un corpus de 496 articles, collectés grâce à la base de données Europress (à partir d’une recherche par le mot-clé « rap » dans le titre). Il vise à saisir la manière dont des journaux quotidiens d’information généraliste, non spécialisés dans le domaine culturel, donnent sens au genre musical du « rap » à travers différents lexiques qui construisent des « chaînes de signification » (Hall, 2007) au sein d’une arène publique spécifique. Cette dernière a la particularité de participer à la construction d’un « espace public national » (Favre, 1999), c’est-à-dire d’un espace où ce qui y apparaît est censé être « visible » pour l’ensemble de la

communauté française (Arendt, 1994 [1961]). Elle contribue également à la construction idéologique d’un « Nous » et donc à la définition des sujets qui seraient (symboliquement) inclus ou exclus (Puar, 2013) de cette « communauté imaginée » (Anderson, 2002 [1996]).

Dans cette communication, nous montrerons que le rap se voit fortement « altérisé » (Berting, 2001) dans les médias étudiés, en tant qu’il est associé aux minorités ethnoraciales et (plus rarement) aux « blancs » des classes populaires. Ce genre des musiques actuelles est ainsi différencié des pratiques culturelles d’un Nous alors affilié implicitement à la « blanchité » (whiteness) et aux classes moyennes supérieures. L’analyse des cadrages médiatiques montre que les articles, quand ils ne présentent pas la sortie d’un album ou encore la programmation d’un festival, rendent compte de problèmes publics dont les auteurs seraient des jeunes garçons non-blancs vivant dans les banlieues populaires françaises (violences lors d’un concert, émeutes de novembre 2005, homophobie) — ce qui fait fortement écho au travail de Karim Hammou sur la médiatisation du rap à la télévision de 1987 à 1991 (Hammou, 2009). Les journalistes donnent en outre à voir une cartographie d’identités dont la construction s’ancre dans des schèmes raciaux et classistes qui les précèdent, identités qui bénéficient de plus ou moins de reconnaissance médiatique et sociale (Voirol, 2005). Les masculinités des rappeurs (mais aussi des rappeuses) visibles dans le corpus sont effectivement intrinsèquement imbriquées à la race et à la classe sociale. Elles participent en outre à la définition (et à la valorisation) d’une « bonne » masculinité, blanche et de classe supérieure, qui serait synonyme de douceur, de sensibilité et de respect des minorités. Cette « masculinité hégémonique » (Connell, 2014) — qui caractérise des rappeurs décrits comme minoritaires et exceptionnels — conduit alors à disqualifier les « Autres » définis quant à eux comme virilistes et bien souvent sexistes et homophobes.

Bibliographie

  • Anderson B. (2002 [1996]) : L’imaginaire national. Réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme, Paris, La Découverte.
  • Arendt H. (1994 [1961]) : Condition de l’homme moderne, Paris, Calmann-Lévy.
  • Berting J. (2001) : « Identités collectives et images de l’autre : les pièges de la pensée collectiviste » in Hermès n°30, p.41-58.
  • Connell R. (2014): Masculinités. Enjeux sociaux de l’hégémonie, Paris, Editions Amsterdam.
  • Crenshaw K.W. (2005) : « Cartographie des marges : intersectionnalité, politique de l’identité et violences contre les femmes de couleur » in Cahiers du genre n°39, p.51-82.
  • Favre P. (1999) : « Les manifestations de rue entre espace privé et espaces publics » in François B et Neveu E. (dir.) : Espaces publics mosaïques : Acteurs, arènes et rhétoriques, des débats publics contemporains, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, p. 135-152.
  • Gamson W. A. & Modigliani A. (1989): « Media Discourse and Public Opinion on Nuclear Power : A Constructionist Approach », in American Journal of Sociology, n°95, p. 1-37.
  • Hall S. (2007) : Identités et cultures. Politiques des Cultural Studies, Paris : Editions Amsterdam.
  • Hammou K. (2009) : « Programmer l’ambiguïté : La médiatisation d’une pratique du rap en français à la télévision (1987-1991) » in Pecqueux A. & Roueff O. (dir.) : Écologie sociale de l’oreille. Enquêtes sur l’expérience musicale, Paris, Éditions de l’EHESS, p.119-147.
  • Puar J. (2013) : « Homonationalisme et biopolitique » in Cahiers du genre n°54, p. 151-185. – Voirol O. (2005) : « Le travail normatif du narratif. Les enjeux de reconnaissance dans le récit médiatique » in Réseaux n°132, p. 51-71.

Ce billet s’inscrit dans les actes numériques du colloque « Conçues pour durer ». Perspectives francophones sur les musiques hip-hop.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *