Tous les articles par florenceeloy

Les formes de distinction parmi les jeunes auditeurs de rap : d’une sociologie de la consommation à une sociologie de la réception

Florence Eloy est sociologue, MCF en sciences de l’éducation à l’Université Paris 8, CIRCEFT-ESCOL,
Tomas Legon est sociologue, post-doctorant au CEMS-EHESS.

Cette proposition de communication a pour objectif de mettre en lumière les formes de différenciations sociales observées chez les adolescents français des années 2000 en matière d’écoute de rap. Pour ce faire, on s’intéressera autant à la question de la consommation, entendue comme forme de préférence ou de dégoûts pour des registres musicaux ou des artistes, qu’à la question des rapports à la musique rap – à savoir les manières de découvrir, catégoriser, consommer ou juger la musique.
Pour ce faire, nous nous appuierons sur des matériaux de nature diverse, produits dans le cadre de différentes enquêtes :
D’un côté, des données quantitatives, notamment issues de l’enquête longitudinale PANEL (DEPS)1 qui suivait une cohorte de jeunes français, âgés de 11 à 17 ans, de 2002 à 2008. Ces données de cadrage général serviront à construire notre première partie. En utilisant des variables et des indicateurs pertinents à cette échelle macro (l’origine sociale, le sexe ou l’âge des répondants), il s’agira de montrer ce que de telles données permettent de comprendre de ce goût chez ce public spécifique, dans le sillage des analyses statistiques sur les pratiques culturelles menées depuis le milieu du XXe siècle en France (conduites notamment par des chercheurs comme Olivier Donnat, Philippe Coulangeon ou encore Sylvie Octobre…. ). Nous insisterons particulièrement sur le fait que le goût et le dégoût pour des genres comme le Rap ou le RnB suivent, à l’intérieur du cycle de vie, des dynamiques particulières. Celles-ci s’expliquent par l’avancée en âge (avancée marquée par le changement de statut : de collégien à lycéen, par exemple), le respect plus ou moins fort d’un ordre du genre (Clair, 2008), et l’apprentissage de logiques de distinctions sociales.
D’un autre côté, nous mobiliserons des données qualitatives produites dans le cadre de deux thèses de sociologie, qui portaient respectivement sur les rapports entre cultures juvéniles et culture scolaire, appréhendés à travers l’enseignement de la musique au collège, et sur la manière dont les lycéens construisent des avis a priori en matière de musique et de cinéma. Le recours à des entretiens individuels, des études de cas et des observations en classe nous permettrons de détailler les modalités de réception du rap. Grâce à des outils théoriques proposés par Pierre Bourdieu (1979), Jean-Claude Passeron (1991) ou Bernard Lahire (notamment l’opposition entre des rapports éthico- pratique et des rapports formels à la musique, 1993), nous analyserons les expériences spécifiques des amateurs comme des détracteurs du rap. Nous montrerons notamment que si un rapport éthique domine singulièrement les manières de juger (positivement ou négativement) cette musique, les adolescents qui ont grandit dans environnement particulièrement dotés en capital culturel mobilisent d’autres schèmes de perception pour discerner la qualité, catégoriser les artistes ou construire des systèmes de découverte qui leur semble pertinents. Aussi, en ayant les moyens empiriques de comparer la réception spécifique du rap proposée par l’école aux manières ordinaires dont les différents jeunes écoutent cette musique, nous proposerons une réflexion sur les stratégies de distinction et les profits de légitimité que les différents rapports à ce genre musical peuvent recouvrir.

1 Cette enquête a donné lieu à une présentation synthétique de ses résultats dans l’ouvrage L’enfance des loisirs. Trajectoires communes et parcours individuels de la fin de l’enfance à la grande adolescence (Octobre, Détrez, Merklé, Berthomier, 2010). Celle-ci ne traite cependant pas en détail la question de la consommation du rap.

Bibliographie

  • Bourdieu, Pierre. La Distinction. Critique sociale du jugement. Paris : Minuit, 1979.
  • Clair, Isabelle. Les jeunes et l’amour dans les cités. Paris : Armand Colin, 2008.
  • Lahire, Bernard. La raison des plus faibles : rapport au travail, écritures domestiques et lectures en milieux populaires. Sociologie. Lille : Presses universitaires de Lille, 1993.
  • Octobre, Sylvie, Christine Détrez, Pierre Mercklé, et Nathalie Berthomier. L’enfance des loisirs. Trajectoires communes et parcours individuels de la fin de l’enfance à la grande adolescence. Paris : DEPS, Ministère de la Culture et de la Communication, 2010.
  • Passeron, Jean-Claude. Le raisonnement sociologique. L’espace non-poppérien du raisonnement naturel. Paris : Nathan, 1991.

Ce billet s’inscrit dans les actes numériques du colloque « Conçues pour durer ». Perspectives francophones sur les musiques hip-hop.