Tous les articles par François Debruyne

Présence et écoute du rap en public : une banalisation inachevée

François Debruyne est Maître de conférences en sciences de la communication à l’Université de Lille, et membre du GERIICO.

Publications (plus ou moins directement) liées à la proposition de communication :

  • Debruyne F., (2015), « Faire et (se) défaire (d’) une expérience publique de l’écoute », in Culture & Musées, n° 25, p. 69-93.
  • Da Lage E., Debruyne F., (2015), « Les refrains de la mondialisation », in Réseaux, n° 192, p. 115-142.

La mondialisation des musiques hip-hop, leur pérennité, leur place prépondérante dans les cultures populaires et médiatiques comme dans l’économie de la musique, constituent vraisemblablement des dynamiques et des indices tangibles de leur progressive banalisation. L’hypothèse défendue ici est que ce processus reste inachevé, au moins du point de vue des situations dans lesquelles ces musiques prennent une consistance publique.

Plus précisément, il s’agit de focaliser l’attention sur les formes de présence et d’écoute du rap dans les espaces publics urbains, telles qu’elles se manifestent en pratique dans la vie quotidienne. On se concentrera ici sur leurs configurations potentiellement publiques, à partir de diverses pratiques situées dans des environnements urbains :

– écouter et diffuser du rap en public – en utilisant un ghetto-blaster, des enceintes portatives ou la fonction haut-parleur des téléphones portables, dans la rue, les gares, les transports en commun ou encore les jardins publics, mais aussi stationner, ou traverser la ville, dans une voiture dont les enceintes propagent des sonorités hip-hop à fort volume sonore ;

– chanter – de manière synchronisée avec le morceau diffusée dans les oreillettes, mais aussi exercer son flow et ses textes, avec ou sans accompagnement musical ;

– danser – esquisser quelques pas de danse un casque sur les oreilles, performer une chorégraphie devant quelques lieux culturels dédiés ou dans la rue, mais aussi se produire dans des lieux publics pour enregistrer des vidéos qui seront ensuite publiées sur le Net.

Le matériau ethnographique mobilisé renvoie à une enquête sur les pratiques d’écoute en public, menée depuis le tournant des années 2000, sur des terrains français, anglais et australiens. D’une part, il s’est avéré que le rap avait une place particulière dans les espaces publics observés en France : il y apparaît de manière plus différenciée qu’en Angleterre ou en Australie, où sa présence publique est plutôt confondue avec celle d’autres musiques (dites) « urbaines ». D’où l’intérêt de décrire ces moments et ces situations dans lesquels la différenciation du rap comme forme particulière est indissociable d’autres types de catégorisations pratiques, notamment sociales. D’autre part, la mise en perspective des observations accumulées depuis une quinzaine d’années indique que la confiance minimale, requise dans les formes de vie en public, a subi quelques dégradations, singulièrement saillantes avec l’écoute du rap en public.

Informée par les premiers développements de l’éthnométhodologie – dont la rupture épistémologique est à l’opposé de l’idée de coupure avec le sens commun -, l’enquête, d’abord empirique, s’inspire également des conceptions écologiques du milieu urbain et des pratiques d’écoute. Ces influences ne constituent pas des choix théoriques a priori, mais répondent d’abord à l’exigence de « ne pas perdre les phénomènes réels » en jeu. De ce point de vue, la question « qui écoute quoi et à partir de quelle position sociale ? » n’est pas une question pertinente en amont de la recherche, mais il arrive par contre qu’elle se pose en pratique. C’est particulièrement le cas lorsque la présence du hip-hop et la catégorie d’appartenance – sociale, générationnelle, voire raciale et identitaire – de ceux qui l’écoutent, sont produites comme des traits pertinents d’une situation.

Tandis que les textes des chansons polarisent régulièrement les controverses publiques et médiatiques à l’endroit du rap, les évaluations pratiques de son écoute en public en sont détachées. Certes, la réduction sociale-historique du rap français à ses textes et à ses rapports avec la banlieue préfigure largement l’expérience que l’on peut en faire, mais pour comprendre les situations publiques dans lesquelles la présence des musiques hip-hop (également et fréquemment américaines) est (une) prise, il est nécessaire de tenir compte de la normativité publique et des catégorisation sociales pratiques, des nouvelles formes de domestication de l’expérience musicale comme des modalités de présence de la musique dans la texture de l’expérience citadine. Ces dernières ont sans doute également à voir avec les formes musicales du hip hop, non pas comme entités esthétiques immuables, mais comme résultats des manières de les inventer et de les produire, des façons de les écouter et des habitudes d’écoute équipées. Parmi les qualités et propriétés ainsi acquises par les musiques hip-hop, leur caractère itératif ainsi que le volume sonore favorisé pour les goûter participent spécialement de leur potentiel public.

L’expérience du rap en public apparaît alors comme relativement singulière : soumise aux épreuves de la publicité ordinaire, elle ouvre un potentiel de disqualification morale au moins aussi puissant que les capacités d’agir, que les modes d’appariements électifs, d’institution d’un monde commun et d’expression de soi, qui l’orientent et qu’elle soutient.

Ce billet s’inscrit dans les actes numériques du colloque « Conçues pour durer ». Perspectives francophones sur les musiques hip-hop.