Tous les articles par lesacherclaire

Se dire « rappeuse » ou non : un positionnement discursif entre catégorisation de l’activité musicale et enjeux de genre

Claire Lesacher est ATER au département information-communication de l’Université Rennes 2 (PREFics). Elle travaille actuellement sur l’implication des femmes au sein du rap comme moyen de subversion des rapports de domination vers la visibilité et la prise de responsabilité au sein de l’espace public.

 

Cette communication s’appuie sur une recherche doctorale interrogeant l’activité rap montréalaise à l’aune du genre et d’un point de vue sociodiscursif. Inscrite dans le champ de la sociolinguistique et arrimée aux ancrages épistémologiques qui envisagent le genre comme un rapport social coproduit, cette étude se base sur des entretiens semi-directifs réalisés en 2011 auprès de 20 rappeuses ou groupes de rappeuses. Le corpus est interprété selon une méthode qui croise analyse du discours et analyse de contenu thématique. Lors du travail de terrain, les modalités de présentation et de réalisation de l’entretien ont pu tendre à imposer préalablement une catégorie du champ musical et genrée aux participantes (« rappeuses »). Dans ce contexte, nous envisagerons la manière dont ces dernières se positionnent discursivement face à cette dénomination, en nous intéressant à la production du terme « rappeuse-s » dans leurs discours. Il sera constaté que se nommer comme « rappeuse » n’est ni automatique ni anodin. Être rappeuse ne semble pas toujours être l’équivalent de « faire du rap », le terme prenant une dimension plus restrictive dans le discours de certaines participantes et ce, parfois dans un mouvement dialogique avec les discours en circulation dans l’espace public. Aussi, il sera mis en exergue que les rappeuses rencontrées se présentent davantage en disant ce qu’elles font (« rapper », « faire du rap ») plutôt qu’en usant de formes nominales agentives (« rappeuse »). Nous appréhenderons également les enjeux liés à la féminisation du terme « rappeur ». En effet, il apparaît que la convocation du genre grammatical féminin n’est pas non plus anodine chez les participantes qui usent d’une forme nominale agentive indiquant qu’elles font du rap.

Ce billet s’inscrit dans les actes numériques du colloque « Conçues pour durer ». Perspectives francophones sur les musiques hip-hop.