Tous les articles par marcellinlebongo

« S’unir ou périr » : retour sur quelques enjeux de la création du syndicat national des acteurs des musiques urbaines (Synamur) au Cameroun

Jean-Marcellin Manga est doctorant en Socio-anthropologie, rattaché au département de sociologie (Université de Yaoundé I), au département de science politique (Université de Yaoundé II), et au Laboratoire d’anthropologie sociale et culturelle (Université de Liège).

Cette communication s’intéresse aux enjeux qui, au Cameroun, sous-tendent la création du Syndicat national des acteurs des musiques urbaines (Synamur) par les rappeurs. Trois axes nourrissent la réflexion. L’on interroge, tout d’abord, ce que la création du Synamur dit du commerce que le rap entretient avec le Ministère de la culture et, aussi, avec les autres corporations culturelles lui préexistant dans le domaine de la défense des intérêts des artistes derrière lesquelles il a refusé de s’aligner. Ensuite, il s’agit d’examiner comment le Synamur, grâce à son investissement professionnel, se positionne comme une ressource dont se servent les rappeurs pour être reconnus. Enfin, l’on verra de quelle manière, à travers le Synamur, s’actualisent les clivages générationnels entre « grands-frères » et « petits-frères ». Au-delà de la théorie de la reconnaissance, le travail, qui repose sur une ethnographie (entretiens avec les acteurs, observations et participations à des réunions), privilégie une analyse en termes de concurrence entre acteurs, de ressources et d’institutionalisation.

Ce billet s’inscrit dans les actes numériques du colloque « Conçues pour durer ». Perspectives francophones sur les musiques hip-hop.