Tous les articles par paulinehigginsguerin

La « conversation d’amateurs » de rap : légitimations et illégitimations des pratiques culturelles des femmes

Pauline Guérin est étudiante en Master 2 à l’université Paris 8.

Les discours relayés par les médias, associant le rap à la « figure du jeune de banlieue » (Hammou, 2015, p.75) entérine une représentation du rap comme étant essentiellement masculin (Lesacher, 2013, p.162). Comment les auditrices de rap se situent-elles par rapport à ces représentation, et quels impacts ont-elles sur leurs pratiques culturelles ?

Pour répondre à cette question, j’ai mené une enquête ethnographique associant une observation participante dans le milieu du rap dit « militant » , associant des militants syndicalistes d’extrême gauche, des antifascistes, des militants d’association contre les violences policières, ou encore des anarchistes et dans des milieux féministes, ainsi qu’un travail d’observation d’une dizaine de concerts (réalisé par des artistes de rap aussi bien grand public qu’associés aux milieux féministes ou antifa).

Dans chacun de ces espaces, s’engager dans ou éviter une conversation sur le rap est apparu comme un enjeu dans la reconnaissance de soi comme auditrice légitime de rap. Stéphanie Molinéro souligne l’existence, lors de ses entretiens, de mécanismes qui participent de l’affirmation de la qualités d’amateurs des enquêtés. La mise en avant de ses connaissances, en se distinguant, en se valorisant des participants ou en mettant en avant ses connaissances générales ou spécifiques, permet « de signifier que l’on fait partie de ceux qui s’y connaissent » (Molinero, 2009, p.110), soit les amateurs (Molinero, 2009, p.110). Lors des « conversations d’amateurs », ces mêmes mécanismes se mettent à l’oeuvre. Or ces conversations comportent des enjeux éminemment genrés.

Ma communication propose d’examiner les modalités de ces « conversations d’amateurs » de rap au sein des différents espaces étudiés, en soulignant le système implicite qui tend à déligitimer les femmes comme auditrice de rap, et qui varie selon le degré et le type de politisation des espaces considérés (antifa vs. féministe, grand public vs. militant, antifa vs. féministe). Mais les possibilités de légitimations et d’illégitimations varient aussi selon que les interactions sont mixtes, non-mixtes, et selon qu’elles se déroulent dans un cadre plutôt favorable ou hostile à l’écoute du rap en général

Je montrerai ainsi comment ces différentes contraintes incite les femmes à développer leur goût pour le rap de façon solitaire ou avec un petit nombre d’amies, et la façon dont leurs modalités d’appréciation du rap tend à leur interdire le titre d’« amateur authentique » du genre. Dans cette logique, c’est la distinction même entre amateurs et auditeurs ou « consommateurs » (Molinero, 2009, p.152-156) qui peut être interrogée, en ce qu’elle met en jeu des rapports de pouvoir et ne se contente pas de désigner, mais classifie les pratiques musicales , en valorisant certaines et en dévalorisant les d’autres (Thornton, 1996).

Bibliographie :

  • Hammou Karim, « Rap et banlieue : crépuscule d’un mythe ? », Informations sociales 4/2015 (n° 190),p. 74-82
    URL : www.cairn.info/revue-informations-sociales-2015-4-page-74.htm.
  • Lesacher Claire, « “Le rap est sexiste”, ou quand les représentations sur le rap en France engagent une réflexion à partir de l’intrication et de la coproduction des rapports de pouvoir » in Parisot Y et Ouabdelmoumen N., Genre et migrations postcoloniales. Lectures croisées de la norme, PUR, 2013, p.155-171.
  • Molinero Stéphanie, « Les Publics du rap. Enquête sociologique », 2009, Paris, L’Harmattan, coll. « Musique et champ social », 352 p.
  • Thornton Sarah, « Club cultures. Music, media and subcultural capital », 1996, Hanover Wesleyan University Press, 191 p.

Ce billet s’inscrit dans les actes numériques du colloque « Conçues pour durer ». Perspectives francophones sur les musiques hip-hop.